AccueilPartenairesFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Forum vivant?
Sam 8 Mar - 18:38 par Isia

» Draupadi reine des Sindals (en construction)
Lun 29 Juil - 14:28 par Draupadi

» Départ du site
Mar 11 Sep - 1:30 par Achmed

» tout, rien et commentaire
Ven 7 Sep - 21:07 par Frère Pierre-Ami

» Médecin en vadrouille cherche poste vaquant
Sam 18 Aoû - 2:11 par Achmed

» Un peu de pub pour le forum?
Mar 26 Juin - 12:27 par Esenheim

» Esenheim Ehli
Lun 25 Juin - 20:29 par Esenheim

» De mon absence
Lun 25 Juin - 18:08 par Averroès Ibn Rochd

» Errance et vagabondage
Mar 19 Juin - 9:26 par Abeléne

» [QL : L'Odyssée du Désert] 2 - Castel d'Uzas
Mar 5 Juin - 0:40 par Katerina

Votez pour nous !
Un petit clic et un petit vote ! Vous pouvez laisser un commentaire si vous le souhaitez, ce n'est pas obligatoire.
Merci !




Annuaire forum RPG


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Création du Personnage

Pour créer un personnage de toute pièce, il vous faut d'abord choisir sa nature.

Si vous optez pour un personnage libre, il vous faudra ensuite choisir sa classe et sa profession.

Pour les autres types, il vous faudra vous diriger vers le choix d'un fief ou d'un domaine barbare.

Enfin, l'avatar, imposé parmi une liste pour les seigneurs Ilmengardes et Barbares, au choix pour les personnages libres.

Vous pouvez également prendre l'un des personnages listés suivant, orphelins de leurs précédents propriétaires et ne demandant qu'à poursuivre l'aventure à vos cotés.

Vous avez d'abord deux seigneurs de l'empire, actuellement neutres, mais pour lesquels nous vous demanderons de choisir une faction:
Merunna von Waldburg
Elrick Von Kassel

Deux fiers barbares:
Tupolev
Theodric

Et enfin deux personnages libres:
Joran Tebryn
Cirdan, le repenti

Nos partenaires préférés










Partagez | 
 

 Journal d'un explorateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Journal d'un explorateur   Lun 20 Sep - 15:30

Mon désir d’aventure, d’exotisme et de découverte m’a mené à Tunachximal. Ce pays considéré comme barbare à l’ouest de notre grand pays. Je me suis dirigé vers les hautes montagnes d’Ilmengard. Je suis passé par le territoire de Monriyan. J’aurais pu passer par celui de Vusgrod, mais cela aurait retardé mon entreprise de quelques journées, et je ne tenais pas à perdre du temps pour découvrir cette contrée nouvelle. Il me fallut encore plusieurs jours de marche en suivant le cours du fleuve prenant sa source dans ces montagnes et traversant la Capitale Grise.

J’ai décidé de coucher sur le papier le récit de mon voyage dans ce territoire peu connu de mes concitoyens. Dans le but de faire connaître cette contrée exotique au plus grand nombre. Peut être que d’autres auront, grâce à mon récit, envie de venir visiter ces terres.

Premier jour

Mon périple à travers les monts ilmengardes touche à sa fin. Enfin, je posai le pied dans ces étendues sauvages, non aliénées par le contact ilmengarde. Comme l’air paraissait pur et frais dans ces montagnes barbares.

Un spectacle magique m’accueillit à mon arrivée. Un merveilleux coucher de soleil incendiant les cieux et se reflétant sur les neiges éternelles des blancs sommets. Je restai bouche bée devant cette magnificence. Une pointe de regret m’envahit, ma première journée dans ce décor exceptionnel serait courte.

La nuit était tombée depuis peu lorsque j’arrivai dans un petit village. Une seule lueur brillait dans ce patelin, cela me changeait des grandes villes ilmengardes illuminées en permanence la nuit. Je me dirigeai vers cette lumière qui émanait d’un petit temple.

Un homme au crâne rasé et arborant une fine moustache ainsi qu’un bouc gris m’accueillit. Il se présenta comme étant le « Hévitus » de ce village. D’après ce que j’ai compris de ses explications, il agit donc comme prévôt, conseiller, prêtre et grand sage de ce village. Il s’est dit être prêtre de Llobris, le Dieu de la Connaissance.

Je passai donc la nuit sous son toit qui était aussi celui du temple. Le repas fut simple et frugal, des galettes de maïs accompagnées par un verre d’alcool de riz, avec du fromage au lait de yack. Ensuite, il me laissa m’installer dans la nef après m’avoir apporté une couverture en poils de yack. Il dut ensuite aller se coucher dans ses quartiers.

Je ne pus que sourire en songeant au confort précaire dans lequel j’allais passer la nuit. Oui, la vie ici était plus simple qu’au pays. Mais, pourtant, elle paraissait merveilleuse par sa simplicité. Peut-être passerais-je une journée ici pour connaître davantage ses habitants.

Il n’est pas aisé d’écrire tout ceci à la lumière fluctuante des torches installées sur les deux rangées de trois colonnes constituant la nef dans laquelle je me trouve. La fatigue me force à abréger mon récit. Je pense que demain, j’aurais davantage à écrire.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.


Dernière édition par Ahna le Jeu 18 Nov - 17:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Lun 27 Sep - 20:23

Deuxième jour

Je me suis réveillé totalement gelé. Je me demande comment ils font pour vivre ici avec ce froid et si peu pour se réchauffer. Moi, je suis malade, et pas eux. Ils doivent être habitués à cette vie simple.

J’ai demandé à l’hévitus un médecin ou un docteur. Ils n’ont rien de tel. J’avais oublié que les barbares n’étaient pas développés comme l’empire. J’eus la visite d’une sorte de guérisseuse. Une femme d’âge moyen qui me força à boire une boisson infecte en chantant des formules qu’elle disait magiques.

Je ne me suis pas senti mieux du tout. J’ai donc décidé de passer le reste de la journée dans leur temple. L’hévitus n’a rien dit.

Je ne savais pas en quoi consistait son travail. Cette journée m’a permis de le savoir.

Les habitants n’ont pas arrêté de venir le voir. Ils demandaient des conseils. Pour le temps, pour leur couple, pour un animal malade, pour un outil cassé, pour régler un conflit, pour annoncer une nouvelle délicate.

Certains venaient pour lui dire ce qu’ils avaient fait. La naissance d’une nouvelle bête aujourd’hui. L’hévitus notait tout. Je ne sais pas pourquoi, mais il notait tout.

Il avait noté tout ce qu’on lui avait dit, et tout ce qu’il avait dit. Un peu comme moi pour mon voyage et ce journal.

L’hévitus est la seule personne civilisée du village. Sans lui, ils seraient incapables de faire quoi que ce soit. Dommage qu’il ne soit pas causant, je m’ennuierais moins.

Avant la fin de la journée, j’avais dû voir tous les habitants du petit village. Ils venaient souvent pour rien. Je me demande comment l’hévitus peut supporter ça. Il doit avoir l’habitude.

Je me demande si tous les villages sont comme celui-ci. Peuplés de paysans ignorants, mais sympathiques, menés par un hévitus.

Je le saurais dès demain en reprenant mon voyage. J’espère que je vais survivre à la prochaine nuit.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.


Dernière édition par Ahna le Dim 3 Oct - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Mer 29 Sep - 10:35

Seizième jour

Je peux enfin réécrire. Les nuits sont tellement glaciales que j’en suis tombé malade. La guérisseuse a failli me tuer plein de fois. Mais, je suis presque guéri maintenant.

Je peux remercier ma bonne étoile et l’hospitalité et la générosité de l’hévitus qui m’a laissé dormir chez lui dans son lit. Je ne sais pas où il a passé ses nuits.

Il vit dans un confort rudimentaire et simple, mais néanmoins efficace pour lutter contre le froid. Je n’ai vu que deux sortes de matériaux, du bois et de la pierre. Ils doivent en avoir à profusion. Ils ne doivent pas connaître les métaux, mais ils s’en passent sans problème.

Une chose m’a intrigué chez lui. C’est une sculpture tarabiscotée, ne représentant rien de concret pour moi. Sauf peut être une sorte de pelote de fils de pierre emmêlés les uns dans les autres. A ma question, il me répondit qu’il s’agissait d’une représentation de son Dieu, Llobris. Je me serais plus attendu à une statue ayant forme humaine comme pour nos dieux. Les tunachs sont vraiment étranges. Raison qui me pousse à davantage les connaître.

C’est décidé, je quitte ce village demain sans faute. Malade ou pas. Ce n’est pas que je n’aime pas cet endroit, mais j’y ai passé suffisamment de temps. Surtout que ces derniers jours ne furent pas productifs.

Je suis sûr que ce royaume recèle d’autres merveilles comparables à ce petit village. Et, il est de mon devoir de les voir et les rapporter par écrit.

J’ai annoncé ma décision de les quitter à l’hévitus. Il n’a rien dit. Mais, ce soir, il avait avec l’aide des habitants organisé une soirée d’adieu. Je n’avais pourtant rien demandé de tel.

Ca a été quelque chose de simple, tout le monde avait préparé quelque chose. Le repas a eu lieu dans le temple sous le regard bienveillant de leurs Dieux. En plus du repas, il y a eu des chants et des danses. Il y a même un garçon qui s’est mis à faire des acrobaties maladroites et à jongler. Je suis sûr qu’avec de l’entraînement, il aurait un succès fou chez nous.

Pour ma dernière nuit ici, l’hévitus a tenu à ce que je dorme encore chez lui. Je n’ai pu que le remercier car je ne voulais pas le vexer ni me priver de ce confort.

Je pense qu’enfin je serais en forme pour continuer mon voyage. Et, même si je ne le suis pas, je le cacherais aux habitants qui m’ont tant aidé ces jours-ci.

Ce sont mes derniers mots que j’écris ici, et j’en suis attristé. Bien qu’ils vivent dans un environnement rural pauvre et simple, je me suis attaché à eux. Je me suis senti plus proche d’eux en quelques jours que de mes compatriotes en plusieurs années.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.


Dernière édition par Ahna le Dim 3 Oct - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Dim 3 Oct - 23:27

Dix-septième jour

Je suis parti sous la pluie. Elle est tombée toute la journée sans s’arrêter. Mais, j’étais moins malade et bien emmitouflé.

Au cours de la journée, j’ai traversé trois petits hameaux. Ils étaient tous semblables à celui que j’ai quitté ce matin. C’est-à-dire une cinquantaine d’habitants travaillant dans les champs avec leur hévitus et leur temple. Le temple était à chaque fois en pierre, matériau omniprésent dans ces montagnes. Mais, l’architecture variait légèrement à chaque fois, même s’il était de petite taille et de forme rectangulaire.

J’ai pu entre les petits villages admirer le paysage. Il est constitué de champs de céréales probablement près des habitations, et après des sommets enneigés, de bosquets de sapins et mélèzes. Le plus remarquable est le nombre incroyable pour de telles hauteurs de fleurs aussi diverses. Je ne sais pas le nom de toutes, voire d’aucune, mais ces couleurs chatoyantes au milieu de toute cette verdure et grisaille sont les bienvenues.

Mon voyage se fait suivant un chemin tracé à même le sol par le passage fréquent de personnes suivant ce trajet. J’ai même croisé quelques mules chargées de marchandises qui retournaient en Ilmengard. Les marchands avaient l’air content d’eux. L’une des mules par maladresse a fait tomber une partie de ce précieux chargement. Je l’ai ramassé, c’était une bague en or assez moche. Je parie qu’il y avait d’autres bijoux de ce type dans les sacs portés.

J’ai terminé ma marche de la journée dans un autre petit village. Je ne savais pas où j’allais dormir, mais la ressemblance avec l’endroit où j’ai passé mon convalescence me rassurait. Je suis donc allé vers le temple. Celui-ci est différent des autres. Il est cubique, comme une petite forteresse et non un lieu de culte, mais plus imposant. Et, je remarque mon erreur lors de l’arrivée, le village est différent lui aussi.

Tout d’abord, il est plus grand. Pas tant que ça, mais facilement deux ou trois centaines de personnes. J’aurais dû m’en rendre compte lorsque je n’ai pas vu de plantations et d’éleveurs aux alentours. Et, en faisant plus attention, le temple est au centre de la petite ville. De plus, toutes les habitations sont en pierre, et cubique. Les rues sont droites, le village doit avoir la forme d’un carré, je parie.

C’est en me rendant au temple que l’on m’a arrêté. Deux tunachs avec une armure de cuir, un bouclier en bois avec du fer, et une lance à la main et une épée à la ceinture. Ils avaient un regard sévère et dur et l’air sûr d’eux. Ils m’ont posé plein de questions, et pas de manière sympathique. Ils sont vraiment différents des autres tunachs que j’ai vu. C’était des questions sur ma raison d’être ici, mon identité et d’autres choses aussi.

J’ai bien sûr répondu à toutes les questions. Mais, ils n’ont pas dû être satisfaits car ils m’ont arrêté. J’ai donc été emmené au temple qui est en fait comme je le pensais plus une caserne qu’autre chose. A peine entrés, on est descendu. Je ne sais pas ce qu’on me veut, mais j’ai obéis à cause des armes pointées sur moi. Et là, on m’a enfermé dans une cellule.

Mais, on m’a laissé mes affaires et aussi de quoi m’éclairer. Ils ne doivent pas craindre que je mette le feu. De toute façon, tout est en pierre, sauf une couverture et la porte qui paraît être en bois mais très solide.

Je ne sais pas ce qu’on me veut et pourquoi je suis là. Mais, mon voyage m’a trop épuisé pour que je songe à me plaindre. J’espère que je saurais tout demain. En attendant, je vais encore dormir sur de la pierre froide avec une simple couverture. J’espère que je ne serais pas encore trop malade demain.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Lun 4 Oct - 23:58

Dix-huitième jour

Un nouveau réveil gelé. Je ne crois pas que je vais m’y habituer. J’ai été réveillé par le chant plaintif d’un troubadour. Il a été arrêté pour trouble de l’ordre public à cause de calembours malvenus à l’encontre du saint patron et Dieu de la ville.

Ensuite, on est venu me chercher pour me présenter au dirigeant de la ville. Et, ce n’est pas un hévitus, même si c’est un prêtre malgré son accoutrement. Il s'est présenté comme étant le Comus, un servent du Dieu de la Justice et de l’Ordre, Myos.

Je suis passé devant une statue représentant ce Dieu. Il ressemble à un taureau marchant sur deux pattes. C’est une aberration d’imaginer un Dieu mi-animal mi-humain. Pourtant, ça ne l’est pas pour les tunachs.

On m’a accusé de vol. J’aurais volé une cale sèche. Je me suis étonné de la présence d’un tel lieu prévu pour les bateaux et surtout que l’on puisse le voler. On s’est ri de moi. C’est en fait une simple pièce en bois sèche calant la statue du Dieu.

Je leur ai demandé pourquoi, comment et quand j’aurais pu voler ça. Et, ils ont répondu que c’était pour discréditer leur Dieu, la veille peu avant qu’ils ne m’attrapent mais d’une manière inconnue d’eux. J’ai tout nié car je n’ai rien fait de ce qu’ils m’accusent. J’ai essayé d’expliquer que je venais juste d’arriver lorsqu’ils m’ont arrêté, mais ils ont rétorqué que je pouvais être venu avant discrètement.

Devant mon mutisme, ils ont décidé de me torturer. Dans cet endroit, seul, je n’avais aucun secours à attendre et cela m’a effrayé. On m’a emmené dans une pièce étrange et pleine d’engins de torture. Dans un coin, il y a un four avec divers ustensiles y chauffant. Puis, ils m’ont forcé à m’asseoir.

Ensuite, ils ont discuté des meilleures méthodes pour me torturer. Ou pour me tuer quand je repense à leurs idées. Ils ont proposé de m’administrer du métal fondu, du plomb je crois, en clystère. Je ne sais pas ce qu’ils voudraient soigner avec ça. Une autre proposition a été de m’installer à un carrefour et de m’attacher à quatre yacks puis de les faire partir en même temps.

Au final, on m’a allongé sur une étrange chose puis on m’a attaché les poignets et les chevilles. Je ne voyais pas ce qui se passait, mais j’ai senti qu’on tirait sur mes membres. Et, on m’interrogea en même temps. J’avais de plus en plus mal tandis que la traction augmentait. Mais, je n’avais rien à dire à part les maudire tous.

Puis, on a désactivé cet engin de malheur. A mon plus grand bonheur. C’est une femme portant une brandebourg au col échancré dévoilant une chemise en laine dessous qui m’a apporté la délivrance. Le réel coupable venait de se dénoncer. C’est le baladin qui a réalisé le vol sous l’emprise de l’alcool et qui l’a avoué après avoir dessoûlé.

On m’a donc libéré. Je ne sais pas ce qu’ils ont fait au voleur, et je préfère ne pas le savoir. J’ai donc été libre de faire ce que je voulais, sous réserve de respecter la loi. Mais, les épreuves éprouvantes m’ont complètement vidé. J’écris seulement le récit de ma courte journée avant d’aller dormir et récupérer pour continuer mon voyage. J’espère que mon sommeil dans le dortoir où on m’a autorisé à dormir sera réparateur et chassera la douleur.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Mar 12 Oct - 14:37

Dix-neuvième jour

Pour dormir, j’ai dormi. Mais pas autant que j’ai voulu. Je n’ai rien contre me réveiller à l’aube, mais pas de façon si violente. Le clairon n’est pas mon instrument préféré, maintenant je le déteste.

La vie des myosites, c’est ainsi que j’appelle les adorateurs de ce Dieu, Myos, est carrée. Tout comme leur ville en fait. Il n’y a pas de place pour l’imprévu, pour la fantaisie. Leur chemin est tout tracé, droit. Je me demande comment ils font pour vivre de cette manière. Je ne le pourrais pas, mais ils doivent avoir l’habitude.

J’ai quand même eu le droit de manger un petit déjeuner avec les myosites. C’est franchement infect, mais ça tient bien au corps. Ce qui est le principal, même si j’aurais aimé que ce soit meilleur.

J’ai hésité entre rester étudier les myosites et partir découvrir davantage de ce royaume. Le choix a été rapide. Je n’aurais jamais supporté leur train de vie. Par politesse, je suis allé annoncer mon départ au comus. Je n’aurais pas dû. Je me suis retrouvé avec une garde d’honneur comme il l’a appelée. Deux Solus allaient m’accompagner dans mon voyage. Je ne sais pas encore si c’est une bonne chose ou non. Mais, je pense que c’est plus pour me surveiller que me protéger.

Nous sommes donc partis vers la prochaine destination. Je crois que je préférais voyager seul. C’est aussi silencieux, mais moins pesant. Au moins, je cours moins de risque de me faire attaquer, même si je n’ai pas l’impression que j’en courais avant.

La progression est plus lente avec mes gardes. Ils marchent plus vite que moi. Mais, ils sont obligés de se calquer sur mon rythme, et ça ne leur fait pas plaisir. Et pourtant, la lenteur n’est pas de ma faute, mais de la leur.

On passe plus de temps que je ne le voudrais dans les petits villages que l’on a croisés. Et, on en a traversé que deux, dont le dernier est celui duquel j’écris ces lignes. A chaque fois, ils ont tenu à s’arrêter pour discuter avec l’hévitus. Ils avaient reçu l’ordre en m’accompagnant de récolter des informations sur les villages et villes traversées.

L’hévitus n’a pas eu l’air ravi de les voir. Mais, les villageois, si. La présence des deux solus avec leurs armes doit paraître rassurante.

Cette fois, grâce à mes accompagnateurs, je ne vais pas passer la nuit dans un lieu glacial et inconfortable. C’est bien la seule chose que j’apprécie d’eux pour le moment. Nous allons dormir dans la maison d’un villageois fier d’accueillir les myosites.

C’est vraiment rudimentaire comme maison. C’est construit en pierre comme tout ce que les tunachs construisent j’ai l’impression. Mais, c’est moins ouvert au vent et au froid que les temples. Heureusement que la promiscuité ne me dérange pas trop. Au moins, la proximité des corps des solus va me réchauffer.

Je me demande si je dois laisser les deux gardiens me suivre ou les abandonner. Je verrais cela demain car le sommeil me gagne et il me faut aller dormir car les bougies ne sont pas ce qu’il y a de plus courant et facile à se procurer ici.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Sam 16 Oct - 18:42

Vingtième jour

Nouveau réveil à l’aube, mais moins violent que celui de la veille. Je n’ai pas eu froid, pour la première fois depuis que je suis dans ce nouveau pays. Les deux solus se sont levés avant moi.

Ils étaient dehors entrain de faire un truc étrange. Ils étaient agenouillés, mains sur le pommeau de leur épée courte, face au soleil levant. Je les ai entendus dire leur prière comme des somnambules, sans entrain, d’une voix monotone, linéaire. Puis, ils se sont mis à s’affronter comme des gladiateurs, mais en un combat lent et mesuré, plus une danse qu’un combat sanguinaire en fait. Cela doit faire partie de leur rituel quotidien.

Pour le petit déjeuner, j’ai eu le droit à un plat que je n’aurais jamais imaginé, une soupe de follicules pileux. Des poils de yacks macérant dans de l’eau bouillante. C’était aussi infect qu’on pouvait s’y attendre. Par politesse, j’ai tout bu mais je crois que j’aurais préféré subir une vivisection, le déplaisir aurait été plus bref. Notre hôte devait être vraiment pauvre pour servir cela, à moins qu’il ne s’agisse d’un plat national. J’étais dans l’erreur, car ce n’est que lorsqu’il externalisa les spasmes qui l’agitaient sous la forme d’un rire tonitruant que je compris qu’il s’était moqué de moi avec ses carabistouilles. Un maelström de propos désobligeants me vinrent à l’esprit suite à la blague de l'enguenillé. Mais, insulter son hôte est malvenu et j’aurais dit des choses que j’aurais regrettées une fois ma colère retombée.

C’est donc, un peu énervé, que nous avons quitté ce petit village. Les solus avaient mis le rapport donné par l’hévitus dans un cylindre scellé par un opercule de cire. Nous avons mis le cap vers le prochain village pour y faire une halte forcée pour que mes gardes récupèrent leurs informations.

La halte fut assez courte, l’hévitus devant être au courant de l’arrivée des myostites ou alors il est organisé. Au moins, le temps perdu a été moindre. Et pourtant, c’est là-bas que j’aurais bien voulu patienter plus longtemps. Une odeur océanique iodée et écœurante me rappela mes terres natales. Un homme disant appartenir à un groupuscule de marchands itinérants proposaient divers aliments. Dont un parfaitement reconnaissable, de l’aiglefin qui à cause du temps qu’il lui avait fallu pour venir jusqu’ici ne me semblait plus mangeable. Cependant, voir cela me donna le mal du pays, mais les mystères et la beauté de ce royaume me permirent de tenir le coup. L’homme avait aussi des tomates ayant perdu leur pédoncule et leur forme pour la même raison que son poisson puait. Les tunachs doivent faire peu de cas de l’hygiène et du goût pour manger de tels produits avariés. Ils ont vraiment des goûts étranges.

Finalement, la nuit venait de tomber lorsqu’on a vu un nouveau village, plus grand que les précédents. Nous étions entourés d’ombres polymorphes, changeant au gré de mes peurs irrationnelles. J’ai été très content de rejoindre un abri rassurant. A nouveau, grâce à l’hévitus et aux solus, je vais passer la nuit au chaud et au sec. Dans l’habitation où je me trouve, la bougie que j’utilise pour écrire se trouve dans un candélabre contrairement aux lieux précédents. L’hôte doit être plus riche je suppose. Finalement, même si les solus ne sont pas bavards ni franchement sympathique, je commence à aimer leur présence. Demain, je verrais si je peux visiter la ville car elle parait plus grande que ce que j’ai traversé depuis mon arrivée dans ce pays.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Ven 29 Oct - 1:40

Vingt-et-unième jour

Réveil au lever du soleil. Même si notre hôte est riche, ça ne l’empêche pas de se lever tôt. Et, lorsqu’il se lève, ses invités doivent faire de même. Au moins, le repas matinal a été très copieux. Un peu trop, en fait. Je dois être habitué aux repas frugaux à présent.

Le ventre rempli, je suis parti visiter la ville. Elle a pour nom Raeea. C’est censé vouloir dire Passage. Je me suis dirigé vers le centre qui est le cœur de la ville. C’est une magnifique place, avec une statue trônant au centre. Elle représente un homme de petite taille dont le regard est dirigé vers le bas en direction des montagnes proches.

La place est immense. Cà et là, il y a des étals de marchands proposants quelques produits. C’est très peu par rapport à l’espace qu’il y a. J’ai trouvé cela étrange. Aussi, j’ai posé la question.

C’est un vendeur d’étoffes qui m’a répondu. J’ai appris que la statue est la représentation d’un Dieu tunach. Il s’agit de Saega, le Dieu de monde souterrain. Il m’a aussi dit que la ville était un lieu de passage commercial jusqu’à il y a peu. Et ce, jusqu’au drame. Mais, il n’a pas voulu me dire de quoi il s’agissait.

Intrigué, j’ai demandé ce qu’était le drame à toutes les personnes que j’ai croisées. Mais, personne n’a voulu me répondre. C’est comme s’ils avaient peur de quelque chose. Je me suis vite rendu compte que c’était un sujet tabou.

La matinée est donc passée sans avoir découvert quelque chose de plus. J’ai eu le droit de manger à nouveau chez mon hôte. C’est après ce bon repas que j’ai décidé d’aller voir directement l’hévitus pour lui poser mes questions.

Je l’ai trouvé dans son temple. Mais, l’édifice est différent de ceux que j’ai déjà vus. Il est de forme circulaire, ouvert aux vents, surmonté d’une coupole. Au centre, un feu impressionnant brûle en permanence. L’hévitus se tient derrière une colonnette d’où il officie. Une odeur entêtante s’échappe du foyer due aux plantes que deux prêtresses jettent dans les flammes tandis que deux autres le réalimentent régulièrement. Lorsque je suis arrivé, il effectuait une prière en l’honneur des dieux tunachs répétée par les fidèles présents.

Elle a fini pas longtemps après. Les villageois sont partis. J’en ai profité pour aller voir l’hévitus. Et, je l’ai donc questionné sur ce qui était arrivé. Il n’a pas voulu me répondre comme je suis un étranger. Mais, je n’ai pas abandonné, et je l’ai harcelé jusqu’à ce qu’il réponde. Il a fini par céder. Un peu trop vite maintenant que j’y repense.

Il paraîtrait que des gens auraient disparu dans le passage traversant la montagne. Des marchands passant par Raeea ne seraient jamais ressortis. Des Raeeans auraient aussi été enlevés. De plus, des hurlements sépulcraux se feraient entendre certaines nuits. Des myosites auraient été envoyés rétablir la vérité à ce sujet, mais ils auraient eux aussi disparu.

Les explications du commencement de ces enlèvements sont multiples. Il y a celle d’une troupe de bandits y ayant élu domicile. Celle de mineurs ayant creusé trop profondément et déclenché le courroux de Saega. Celle où un peuple troglodyte y vivrait et enlèverait les tunachs. Une autre où les faits seraient exagérés et que seulement quelques rares personnes auraient disparu mais uniquement car elles auraient joué de maladresse.

Au final, à cause de tout cela, une ville importante comme Raeea est devenue insignifiante en très peu de temps. A cause de stupides superstitions, les gens ont fui cette ville magnifique de par son charme rustique et riche grâce à sa position géographique. Je suis sûr qu’en Ilmengard, ce genre de problème aurait été réglé rapidement et simplement. Mais, ce n’est pas le cas ici.

J’ai passé le reste de la journée à visiter la ville. Tout comme le centre-ville, le reste de Raeea était vide, abandonné. Il ne restait que de rares habitants pour montrer que ce n’était pas encore une ville fantôme. Mais, je pense que dans peu de temps, la ville sera complètement désertée.

C’est donc avec nostalgie et un peu triste que j’écris ces mots de la maison de mon hôte. Mais, les myosites ne sont plus là. Ils ont dû continuer leur inspection. Au moins, j’avancerais plus vite. Je vais donc continuer mon voyage seul dès demain matin.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Dim 7 Nov - 2:37

Vingt-deuxième jour

Nouveau réveil. Nouveau petit-déjeuner. Nouveau départ. C’est devenu comme une espèce de routine. Comme un rituel à accomplir pour explorer ce royaume.

J’ai quitté Raeea tôt ce matin et ai marché toute la matinée en ayant la montagne sur ma gauche.

Avec un tel point de repère, je ne pouvais pas me perdre, mais le voyage en a été plus monotone. La géologie n’est pas ce qui m’intéresse le plus, sinon je pense que j’aurais apprécié cette partie du trajet.

Je n’ai pas croisé âme qui vive avant le midi en atteignant un petit village. Petit village qui subsiste grâce à la roche que ses habitants tirent de la montagne. Leur richesse provenant de la montagne, ils lui ont dédiée un culte. Ils ont même construit le temple à flanc de roche. Ils y déposent des offrandes sous la forme de petites statuettes sculptées dans la pierre qu’ils tirent du corps même de leur Dieu.

Pour eux, la montagne est leur Dieu, enfin leur Déesse plus exactement. Vateh est le nom qu’ils lui donnent. C’est un prêtre la vénérant qui dirige le village et non un hévitus. Il ressemble davantage à un mineur qu’à un érudit comme les autres chefs de village. Il hurlait des ordres plus qu’il ne donnait de conseils.

Mais, les tunachs vivent bien ainsi. C’est comme tout le monde, ils doivent s’adapter à leur environnement et leur dirigeant comme nous finalement. Heureusement que je ne suis pas resté dans cet endroit. Je n’aurais pas supporté cette ambiance longtemps. Car bien qu’étant amical, l’accueil ne fut pas très chaleureux, contrairement à la plupart des autres villages que j’ai traversé.

J’ai continué ma marche toute l’après-midi. Le paysage a changé très lentement. Les arbres se sont faits plus petits, plus espacés aussi. L’herbe s’est faite plus rare. Par contre, les buissons se sont faits plus nombreux, broussailleux et épineux. Ecrit ainsi, on pourrait croire que ça a beaucoup changé, mais en fait non, les différences sont minimes. Pour l’instant du moins, je pense que je les verrais davantage dans quelques jours.

Lentement, j’ai senti que je montais, que je prenais de la hauteur. Pas de beaucoup, je n’ai dû m’élever que d’une dizaine de mètres. Mais, cela veux dire que la partie facile du voyage est finie.

Et, je termine cette partie dans un nouveau petit village. Heureusement, celui-ci est dirigé par un hévitus, pas une autre brute comme celle de ce midi. A nouveau, je peux loger chez l’habitant, même sans la présence des myosites. Et, là, je vais en profiter car la suite de mon exploration devrait être plus difficile et fatigante.

Mais, il y a une chose qui m’étonne. Pourquoi ai-je un tel accueil ? Il faudrait que je me penche sur la question. Mais, le plus important, c’est de me reposer afin d’être en forme pour la suite.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Journal d'un explorateur   Dim 14 Nov - 17:44

Vingt-troisième jour

Réveil. Repas rapide. Départ matinal.

J’ai rencontré du monde ce matin, plus en fin de matinée après avoir dépassé un petit village, sur le chemin montant de plus en plus. C’est la première fois depuis que je suis dans ce royaume que je vois autant de personnes en même temps et en dehors d’une ville.

Bien sûr, ce sont des marchands transportant diverses marchandises et aussi des personnes à la mine patibulaire et pas commode du tout, des gardes à mon avis. Ils utilisaient cette bestiole tunach étrange, le yack. Et, j’ai dû en voir une bonne douzaine avec eux.

Plus tard dans la journée, j’ai rencontré d’autres marchands. Ils allaient dans la même direction que moi cette fois. Je devais être retourné à la civilisation, sur une route fréquentée que j’avais dû quitter au début de mon périple en terres tunachs.

Plus tard encore, après avoir dépassé un deuxième petit village, j’ai rencontré une personne singulière. C’est une voyageuse. Première que je vois. Elle m’a dit qu’elle se rendait dans sa famille de l’autre côté dans la vallée. Donc, il y a une vallée et des gens y vivent, je me demande la taille qu’elle fait.

En plus d’être la première personne que je vois voyageant sans avoir de but commercial, c’est aussi la première avec laquelle j’ai passé autant de temps. Les myosites ne comptent pas, ils ne parlaient pas.

Je trouve que je dérive de la raison initiale de ce journal qui est de décrire le royaume tunach, mais comment pourrais-je lui rendre justice et le présenter tel qu’il est sans parler de ce que je fais et ressens même si cela ne semble pas avoir de rapport direct avec Tunachximal.

Lors de la dernière partie de mon voyage pour la journée, j’ai discuté avec Alina. Je n’ai rien appris de plus sur les tunachs. Elle n’a parlé que d’elle et de sa famille. J’ai fait de même. Elle a ri de ma raison pour découvrir ce pays. Pas méchamment. C’est vrai que si j’y pense, c’est assez absurde comme démarche.

Le soir, nous sommes arrivés dans un nouveau village. Et là, nous avons été bien accueillis, tous les deux indifféremment. Je vais dormir chez l’habitant une nouvelle fois. Alina est dans la maison à côté de celle où je suis.

En fait, je me pensais plus important que je le suis en réalité. Les tunachs sont des gens accueillants par nature. Ce n’est pas car je suis ilmengarde qu’ils me réservaient un tel accueil. C’est uniquement car je suis un être humain, comme eux. Le fait qu’Alina soit traitée de la même façon que moi me l’a prouvé.

Sur ces humbles pensées que j’aurais dû avoir plus tôt, je vais profiter du confort sommaire et rustique de mon hôte. Le chemin se fait plus pentu et c’est plus fatigant que je l’aurais cru.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Jeu 18 Nov - 21:41

Vingt-quatrième jour

Rituel habituel. Seul changement, je ne suis pas parti seul. Alina m’a accompagné ou moi je l’ai accompagnée. On a donc voyagé ensemble aujourd’hui.

Elle m’a dit qu’on devrait rejoindre une ville du nom d’Ehové. C’est la plus grande ville tunach à l’est du territoire. Et, d’après ce que j’ai vu, je ne peux que le confirmer.

A la mi-journée, nous avons fait une courte halte dans un petit village tunach. L’accueil y fut moins accueillant que ce à quoi j’avais été habitué. On ne nous a pas chassés, la réception était juste froide.

J’ai trouvé une explication un peu plus tard lorsque j’ai vu que nous n’étions pas les seuls à aller vers Ehové. Les habitants doivent donc avoir l’habitude de voir défiler du monde chez eux et ils n’apprécient que peu les étrangers à force.

Puis, peu de temps après avoir quitté ce village, Alina a voulu que l’on s’arrête. Elle s’est approchée d’une petite statue ayant forme humaine. Cette statuette, enfin autel, était érodée par le temps. Elle y déposa une offrande sous la forme d’une étoffe qu’elle noua autour des pieds de l’homme de pierre. Alina m’a dit qu’il s’agissait d’un don pour Ardon, le Dieu des voyageurs.

Et, en y repensant, j’ai dû voir cette idole plusieurs fois sur le bord des chemins que j’ai empruntés. Mais, je n’y avais pas fait plus attention que ça. J’aurais pourtant pu me douter de ce que c’était en y réfléchissant un peu.

Puis, finalement, après sa courte prière, nous sommes repartis. Et, en fin de soirée, j’ai pu voir la plus grande ville tunach qu’il m’ait été donné de voir à ce jour. C’était Ehové. A cause de la nuit qui tombait, je n’ai pas pu bien la voir. J’ai juste aperçu sa haute et imposante silhouette entourée par une immense montagne.

En approchant, je me suis rendu compte que la cité est bien impressionnante. On dirait plus une forteresse qu’une ville. A l’intérieur, la sensation est la même.

Je suis demandé qui dirige ce grand endroit. Je ne le sais pas encore. Je n’ai pas vu l’hévitus qui doit s’occuper de cette ville.

Finalement, pour dormir, Alina m’a conduit dans une auberge. J’écris depuis une des chambres. Alina est dans une autre, je ne sais pas laquelle. Mais, par le bruit qui filtre par les cloisons, j’en ai déduit que l’établissement est rempli ou presque.

Je ne sais pas si demain je vais continuer mon voyage ou alors m’attarder dans cette ville qui tranche radicalement avec tout ce que j’ai pu voir en Tunachximal.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Ven 10 Déc - 0:27

Vingt-cinquième jour

Réveil matinal à nouveau. La différence est le cadre. La chambre est moins rustique. Cette fois, je n’ai pas eu l’impression de me réveiller à l’intérieur d’un bloc de pierre terne et morne. Surtout à cause de bruit.

J’ai mangé un repas différent des précédents. Une sorte de ragoût à la viande de yack, leur viande favorite supposément, qui devait mijoter depuis un bon jour ou deux. Malgré l’aspect peu ragoutant de la mixture, c’est délicieux.

Une autre chose qui m’a changé des autres villes, c’est qu’ici le repas et le logement n’ont pas été offerts. C’est la première fois que j’ai dû utiliser l’argent que j’avais apporté avec moi. Chance ou non, la monnaie ilmengarde était valable dans cette auberge.

C’est la bourse légèrement allégée que je suis parti visiter cette ville tunach atypique. L’auberge est située près des portes de cette ville-forteresse. Tout est construit en pierre ici. Surtout le portail monumental d’Ehové. Il donne l’impression de sortir de la montagne même et s’étend le long de l’entrée de la passe que la ville protège.

C’est donc un point de passage obligé. Toute personne désirant traverser la montagne doit passer par Ehové. Ce doit être pour cette raison que la ville est si grande et parait si prospère.

Comme c’est un passage obligé, ce doit être pour ça que la ville semble autant fortifiée. Pour éviter qu’un quelconque envahisseur ne puisse pénétrer plus en avant dans le royaume.

Une chose m’a étonné cependant, c’est la différence d’architecture entre les portes d’Ehové et les constructions diverses parsemant la cité. Ces dernières bien qu’elles paraissent de bonne qualité sont simples, rustres suintant le tunach à des lieues à la ronde. Alors que le portail ressemble à une extension naturelle des monts polie par la main de l’homme après des jours et des jours de labeur. Le temps a repris ses droits car la muraille n’est plus très lisse et l’homme les siens car il y a justement une très grande double-porte au milieu de ce mur de séparation.

J’ai l’impression que ce ne sont pas les tunachs qui ont construits les fortifications. C’est comme s’ils s’étaient contentés d’utiliser une chose existante. Ce qui voudrait dire que c’est vraiment ancien. Plus ancien que la civilisation tunach. Ce qui me fait dire que j’ignore depuis combien de temps les tunachs existent. Ou alors, c’est de conception tunach, mais d’un autre âge. Je ne sais pas car je ne suis pas historien, ou quoi que ce soit du même genre. De plus, je préfère découvrir le plus de choses possibles sur Tunachximal avant de songer à me concentrer sur quoi que ce soit.

La matinée est rapidement passée. Et, je n’ai eu le temps de ne pas visiter grand-chose d’Ehové. Surtout car j’ai passé la majorité de mon temps à observer et admirer les portes. Elles qui m’avaient écrasé par leur majesté lorsque je suis passé dessous hier en arrivant. Elles ont de quoi impressionner. Surtout de par leur taille imposante.

J’ai dérogé à l’habitude de n’écrire que le soir, mais j’ai déjà tant à écrire que je me suis permis de le faire ce midi. Je suis donc dans la même auberge que cette nuit en train d’écrire tout en mangeant le même ragoût que ce matin, mais qui a cuit encore davantage. Je me demande la quantité qu’ils en préparent pour pouvoir le cuire et le recuire quasiment sans fin. Peut être qu’ils rajoutent de la viande et je ne sais quoi d’autre à chaque fois que le niveau baisse dans le chaudron ou ce qu’ils utilisent pour faire cuire leur nourriture.

Les gens semblent me regarder étrangement. Peut être car je suis un étranger, mais il y en a pas mal ici, donc ça ne doit pas être ça. A moins que ce soit car j’occupe à moi seul une table sur laquelle il y a mon assiette de ragout, mon journal un peu éparpillé partout, mon encre ainsi que des plumes pour écrire.

J’espère juste que la table n’est pas trop tâchée et que mes écrits ne seront pas trop souillés. De plus, il va falloir que je continue ma visite plus efficacement, sinon je vais rester des semaines ici à ce rythme. Ca ne me dérange pas, mais j’ai tout de même envie de découvrir le reste de Tunachximal.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Ven 22 Avr - 23:45

Je suis épuisé. Marcher dans ce labyrinthe rocheux en pente est malaisé, même pour quelqu’un voyageant autant que moi. Je me demande comment s’en sortent les tunachs vivant ici. Ils doivent avoir des jambes aussi grosses que celles de leurs yacks. Et pourtant, je n’ai pas dû parcourir la totalité de la citadelle.

Je me suis contenté initialement de remonter la grande rue, celle partant des immenses portes. La sensation d’étouffement et d’oppression s’en est allée à mesure que je progressais et que l’avenue s’élargissait.

Autour de moi, j’ai pu apercevoir des constructions cubiques. Je suppose que ce devait être des habitations. Mais, aucun moyen d’y déceler le moindre signe d’activité ou de vie. De plus, en avançant, j’ai vu que les maisons se faisaient plus hautes, formées d’un empilement progressif de cubes.

Puis, je suis arrivé à la grande place, située je le parie au centre de la ville-forteresse. Une statue à l’image de la ville, gigantesque, y trône. Une femme-guerrière, portant un large bouclier protecteur devant elle et une épée pointée vers le sol. L’œuvre bien que paraissant ancienne, autant que l’entrée d’Ehové, est parfaitement conservée. La finesse de ses traits est toujours visible faisant ressortir son air déterminé et implacable. Elle m’a donné l’impression d’être vivante, se trouvant dans un état d’immobilité surnaturelle prête à réagir à la moindre menace pesant sur elle ou la ville qu’elle semble protéger.

Je ne sais pas combien de temps j’ai fixé cette sculpture fascinante. Mais, le soleil a parcouru un bon bout de chemin en tout cas.

Intrigué, j’ai décidé d’en savoir davantage concernant cette femme. Ce fut plus aisé que je ne l’avais imaginé. La première personne interrogée me répondit. Elle se nomme Ehové, tout comme la ville. Par contre, je ne sais pas qui tire son nom de l’autre. C’est aussi un dieu, enfin une déesse, tunach. A la fois, guerrière protectrice et forteresse. La femme ne serait que l’incarnation humaine de la citadelle. J’ai un peu de mal à imaginer que l’on puisse vénérer une ville, aussi imposante soit-elle, et que cette dernière puisse s’incarner sous forme humaine.

J’ai appris une autre chose. C’est que ce ne sont pas les myosites, qui pour moi sont une sorte d’équivalent des soldats ilmengardes maintenant l’ordre à l’intérieur de nos frontières, qui gardent la cité, mais des Ehovéens, fidèles donc de la déesse Ehové. Et, à l’image de leur déité, ce sont des protecteurs.

Alors que je m’étais éloigné de la place centrale, j’ai entendu le bruit caractéristique d’une altercation due à l’alcool. Deux brutes s’en prenaient à un troisième larron. Aucun coup n’avait pu être donné que trois géants, mesurant au moins une tête de plus que les agresseurs déjà bien grands, surgirent vêtus d’une armure en métal d’origine non-tunach à mes yeux – ces derniers ne paraissant pas savoir travailler le métal et encore moins à des fins guerrières – et séparèrent les belligérants. Les avinés frappèrent les éhovéens, mais les rares coups les ayant touchés ont été repoussés par leur armure. De plus, d’un coup de poing, les protecteurs ont assommé les récalcitrants.

C’est sur ces entrefaites que j’ai retrouvé Alina qui a aussi assistée à la scène. Elle a paru beaucoup moins surprise que moi, mais tout aussi impressionnée. J’ai passé la fin de la soirée en sa compagnie. Agréable pour ne rien gâcher.

Je suis à nouveau dans la même auberge que la veille et je profite du peu de forces me restant pour coucher sur le papier mes péripéties et impressions de la journée.

Alina m’a parlé du camp d’entraînement-lieu de culte éhovéen se trouvant dans la ville. J’ai bien envie d’y jeter un coup d’œil si je le peux demain dès les premières heures. J’espère seulement que l’accueil ne sera pas le même qu’avec les myosites. Je n’espère pas pour autant qu’il soit chaleureux, juste normal, neutre.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ahna
Maître de Jeu
avatar

Titre : Reine

Barbare Barbare


MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   Ven 5 Aoû - 0:09

Vingt-sixième jour

Je me suis levé plus tôt. A cause de l’excitation, je suppose. Il faut dire que l’occasion d’observer de si près une culture exotique et intéressante ne se présente que très rarement. Seule la possibilité d’être déçu a contenu mon impatience.

Donc, après un rapide déjeuner, j’ai quitté l’auberge pour me rendre compte que le lieu où aller m’était inconnu. Mais, la chance était de mon côté. Alina était déjà dehors, alors que le jour n’était pas encore levé, et semblait m’attendre. La journée avait commencé sous de bons augures.

Nous nous sommes éloignés de la grande artère pour nous perdre dans le dédale de la ville. Alina m’a donné l’impression de savoir où aller et c’est le plus important. Le temps d’atteindre notre objectif, le soleil trônait à présent fièrement dans les cieux.

Je n’ai pas eu conscience du temps passant lors de la visite du temple-caserne. La nuit avait laissé la place au jour lorsque j’en ai repris conscience. Et, c’est à nouveau de l’auberge que j’écris ces quelques lignes.

Lignes peu nombreuses car j’ai juré de ne rien dévoiler au sujet des Ehovéens. Ce que je peux écrire, c’est qu’ils prennent leur rôle de protecteur au serieux. Au point de protéger leur culte. Ce qui me fait me poser une question. Pourquoi ont-ils autorisé un étranger à pénétrer chez eux ? Je suppose que je n’aurais jamais la réponse. Mais, du moment que ma curiosité est satisfaite, je ne vais pas m’en plaindre.

Et pourtant, j’en aurais eu des choses à écrire sur eux. Leur manière d’être entre eux ou avec autrui, radicalement différente. Leur mode de vie et d’entraînement que je n’ai pu observer qu’une brève journée. Leur fonctionnement et leur hiérarchie singulière. Leur façon d’honorer leur déesse, Ehové, femme-forteresse.

D’après ce que j’ai pu entendre en laissant traîner mes indiscrètes oreilles, il paraitrait que les éhovéens étaient présent bien avant les tunachs ici. Ce qui revient à me demander d’où viennent les tunachs, les éhovéens ainsi que le panthéon tunach.

C’est sur ces pensées que j’achève mon écriture nocturne. Je sais qu’une journée fatigante m’attend demain. Demain, je continuerai mon voyage. Je n’ai aucune raison de rester ici. Non pas que l’on me chasse, mais j’ai senti que ma rencontre avec les protecteurs éhovéens n’était autorisée qu’aujourd’hui et ne se répéterait pas.

J’espère que la déception de quitter si rapidement cette ville sera atténuée par la présence d’Alina lors de la suite de mon périple. Mais, pour ça, il faudra que je le lui demande. Et, ça va attendre demain matin.

_______________________
L'amour peut tout donner, mais il peut aussi tout reprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'un explorateur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal d'un explorateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ilmengard :: Au Delà des Frontières :: Les Domaines Barbares :: Tunachximal-
Sauter vers: