AccueilPartenairesFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Forum vivant?
Sam 8 Mar - 18:38 par Isia

» Draupadi reine des Sindals (en construction)
Lun 29 Juil - 14:28 par Draupadi

» Départ du site
Mar 11 Sep - 1:30 par Achmed

» tout, rien et commentaire
Ven 7 Sep - 21:07 par Frère Pierre-Ami

» Médecin en vadrouille cherche poste vaquant
Sam 18 Aoû - 2:11 par Achmed

» Un peu de pub pour le forum?
Mar 26 Juin - 12:27 par Esenheim

» Esenheim Ehli
Lun 25 Juin - 20:29 par Esenheim

» De mon absence
Lun 25 Juin - 18:08 par Averroès Ibn Rochd

» Errance et vagabondage
Mar 19 Juin - 9:26 par Abeléne

» [QL : L'Odyssée du Désert] 2 - Castel d'Uzas
Mar 5 Juin - 0:40 par Katerina

Votez pour nous !
Un petit clic et un petit vote ! Vous pouvez laisser un commentaire si vous le souhaitez, ce n'est pas obligatoire.
Merci !




Annuaire forum RPG


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Création du Personnage

Pour créer un personnage de toute pièce, il vous faut d'abord choisir sa nature.

Si vous optez pour un personnage libre, il vous faudra ensuite choisir sa classe et sa profession.

Pour les autres types, il vous faudra vous diriger vers le choix d'un fief ou d'un domaine barbare.

Enfin, l'avatar, imposé parmi une liste pour les seigneurs Ilmengardes et Barbares, au choix pour les personnages libres.

Vous pouvez également prendre l'un des personnages listés suivant, orphelins de leurs précédents propriétaires et ne demandant qu'à poursuivre l'aventure à vos cotés.

Vous avez d'abord deux seigneurs de l'empire, actuellement neutres, mais pour lesquels nous vous demanderons de choisir une faction:
Merunna von Waldburg
Elrick Von Kassel

Deux fiers barbares:
Tupolev
Theodric

Et enfin deux personnages libres:
Joran Tebryn
Cirdan, le repenti

Nos partenaires préférés










Partagez | 
 

 Description du Duché d'Uzas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Âmiaz Folhardeur
Duc d'Uzas
Duc d'Uzas
avatar

Titre Impérial : Plénipotentiaire Impérial Extraordinaire

Age : 22 ans

Schismatique Schismatique

Confession : Réformateur

Caractéristiques : Éclatant de jeunesse, bouillant d'impétuosité.
L'audace est sa foi ; et plutôt la gloire que la vie.


MessageSujet: Description du Duché d'Uzas   Mar 14 Déc - 4:27

Géographie

Assis sur les contreforts du nord des Monts d'Ocre, le Duché s'appuie sur une frontière méridionale infranchissable. Au Nord Est du Duché, une longue plaine s'étend le long du Fleuve Ilmenia, permettant la culture des céréales ; la plaine est principalement habitée par d'éparses fermes.

À l'Ouest, une futaie épaisse et ancienne descend des Monts d'Ocre jusqu'au fleuve. Sauvage et giboyeuse, elle est le terrain de chasse favori des familles nobles d'Uzas ; elle pourrait être une formidable source de revenus si le Duc décidait d'en vendre le bois. Mais la tradition des Folhardeur veut que la forêt soit toujours préservée. À tel point que les garde forestiers sont choisis lors d'une audience extraordinaire par le Duc lui-même.

Encore à l'ouest de la futaie des Folhardeur, car c'est ainsi qu'on la nomme, se trouve le château et la capitale des Folhardeur. Située sur un îlot rocheux isolé de la chaîne montagneuse du Sud du duché, la citadelle est presque imprenable. Seule la façade Nord est accessible ; partout ailleurs les pentes qui bordent la construction sont bien trop escarpées. La citadelle en elle-même est un chef d'œuvre d'architecture ; ses plus hautes tours sont liées entre elles par des arches magnifiques. Et le donjon, construit voilà deux siècles, surplombe la totalité du château ; seule une tour de guet très fine l'égale en hauteur, et elle est liée au donjon par une arche de bois, qui constitue un passage entre les deux édifices. Ainsi placées en hauteur, les tours de la forteresse donnent vue jusqu'au fleuve au nord, et par-delà la futaie à l'est. À l'Ouest, sont visibles les forêts qui bordent la frontière occidentale du duché, et même l'immense plaine qui se situe après ces bois. La vue vers le Sud porte en revanche peu loin : les Monts d'Ocres et la Basse Chaîne de l'Est sont encore plus hauts et plus raides que les murs de la demeure ancestrale des Folhardeur d'Uzas.

Enfin le Sud et l'Est du Duché ne sont que monts et sommets. De hauteur moyenne, avoisinant très rarement les 1000 toises, ils sont propices à l'élevage de chèvres, réputées pour leur fromage et surtout de troupeaux bovins fournisseurs d'un cuir et d'une viande d'excellente qualité. En leurs entrailles des gisements de fer et de bronze ont été découverts ; mais les mines sont situées à l'extrême-sud du Duché et la production est insuffisante pour exportation. Ces montagnes sont également le point de départ d'une chaîne de forteresses qui partent du Sud Est du Duché et ne s'arrêtent qu'au Nord, en bordure de l'Ilmenia. Chaque forteresse est le domaine d'un seigneur local, vassal du Duc ; les forteresses sont au nombre de 7 et elles sont espacées en moyenne de 5 lieues chacune. L'ensemble du territoire couvert par ces sept fiefs est nommé Viergemarche.


Lieux Importants

Castel-d'Uzas : Excentrée à l'Ouest du Duché, la citadelle en est la capitale historique et politique. Il s'agit également du centre culturel et religieux de la région. Le château des Folhardeur domine la cité par ses hautes tours, et une élite de seigneurs, d'ambassadeurs, d'érudits et de clercs habite dans les murs de la vaste citadelle, réputée imprenables - comme beaucoup de ses cousines dans les Hautes-Terres. Un des plus beaux temples réformateurs se trouve à Castel-d'Uzas, qui, depuis peu, est devenu un lieu de pèlerinage privilégié par les adorateurs de Perséphon.

Ezul-sur-Ilmenia : Ville très importante, située au Nord du Duché, au creux de la courbe où l'Ilmenia change de direction, elle est la capitale économique du Duché. Avec ses 100 000 habitants, elle est également la bourgade la plus peuplée d'Uzas. Idéalement placée, elle tire sa richesse principalement du commerce avec le Moyen Centre, les Baronnies avoisinantes et avec les Keustatins, qui apportent les pierres précieuses et repartent avec de la viande ou du cuir. L'Ilmenia, sur lequel sont construits de nombreux quais, favorise grandement ce commerce incessant et lucratif.

Le Veilleur : Quatrième des forteresses de l'Est, elle joue un rôle fondamental dans le dispositif de défense de la frontière orientale du Duché d'Uzas. C'est aussi le fief de la famille Justebailli, extrêmement proche des Folhardeur depuis plusieurs générations.


Fonctionnement intérieur

La région est contrôlée par la même dynastie depuis bien avant l'avènement de l'Empereur Sardenor. Les Folhardeur règnent sans partage sur le Duché. Le Duc seul a le pouvoir de promulguer la Loi et de l'exécuter. Il est également le seul à pouvoir rendre un jugement, bien qu'il arrive souvent qu'il nomme un ou plusieurs Juge(s) pour le seconder dans sa tâche. De même, dans le domaine législatif, toutes les lois ne sont pas de l'invention du Duc. Par exemple, la loi sur l'indépendance des chefs de troupeaux bovins fut proposée par un bourgmestre local ; après quelques modifications elle a été approuvé par le Duc et promulgué.

Néanmoins, les Folhardeur ont toujours su s'entourer de judicieux conseillers. Il est désormais courant que l'aîné des Folhardeur, devenu Duc, demande l'aide de l'aîné des Justebailli et le nomme Premier Conseiller Ducal.

En règle général, les responsabilités sont ainsi réparties :

- Duc d'Uzas : prend les décisions, approuve et écrit les lois, rend les jugements ou délègue son pouvoir judiciaire, est le chef des armées.
- Premier Conseiller Ducal : dirige le réseau d'information du Duc, reçoit les ambassadeurs étrangers, supplée le Duc dans la prise de décision. (place vacante pour perso libre - classe : aristocrate, niveau : tous, profession : toutes sauf connétable)
- Grand Prêtre de Perséphon : dirige les affaires religieuses du Duché d'Uzas. (place vacante pour perso libre - classe : clerc, niveau : tous, profession : toutes)
- Conseiller aux Affaires Économique : titre honorifique accordé au bourgmestre d'Ezul-sur-Ilmenia. Aucune décision d'ordre économique et commerciale ne peut en effet être prise sans son aval ; néanmoins, le Duc a le pouvoir de le révoquer. (place vacante pour perso libre - classe : bourgeois, niveau : tous, profession : toutes)
- Capitaine : dirige les armées sous l'autorité du Duc. (place vacante pour perso libre - classe : guerrier, niveau : tous, profession : toutes sauf éclaireur OU classe : aristocrate, niveau : tous, profession : connétable)

Le conseil est réuni lorsque le Duc hésite sur certaines décisions à prendre, sur certaines loi à approuver. L'intervention du Conseil n'est pas nécessaire, et son rôle est uniquement consultatif.

Commerce

Production suffisante pour exportation : Blé, Orge, Seigle, Bière, Viande (gibier/bovins), Cuir, Poisson, Granit, Pierre, Fromage, Cheval, Produits issus de la maroquinerie et de la cordonnerie.
Produits ayant besoin d'être importés : Pierres précieuses, Or, Argent, Produits de Luxe (Vins, épices, étoffes fines...), Outils, Sel, Marbre.

Liste susceptible d'être modifiée en fonction des partenariats commerciaux.


Dernière édition par Âmiaz Folhardeur le Mer 4 Avr - 17:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Âmiaz Folhardeur
Duc d'Uzas
Duc d'Uzas
avatar

Titre Impérial : Plénipotentiaire Impérial Extraordinaire

Age : 22 ans

Schismatique Schismatique

Confession : Réformateur

Caractéristiques : Éclatant de jeunesse, bouillant d'impétuosité.
L'audace est sa foi ; et plutôt la gloire que la vie.


MessageSujet: Re: Description du Duché d'Uzas   Dim 23 Jan - 15:16

Histoire du Duché d'Uzas
Par Frère Damascène, historien de l'abbaye réformatrice de Saint Hüšjac


Ce parchemin relate dans ses grandes lignes l'histoire de la région qu'occupe désormais le Duché d'Uzas. Nous avons essayé d'être en tout point et en chaque évènement objectifs - y compris lors du passage concernant la transition réformatrice. Pour rédiger ces lignes, les principales sources furent la tradition orale Uzassoise et de nombreux manuscrits anciens, empruntés qui à la bibliothèque Archiprincière, qui à la Grande Bibliothèque Ducale d'Uzas.

Nota : les dates sont approximatives ; en effet, avant l'Indépendance d'Uzas, aucun calendrier n'était clairement établi dans la région - du moins n'en reste-t-il aucune trace. Ce n'est qu'avec l'invasion Rutgarde que des dates précises apparaissent ; en recoupant le calendrier Rutgard avec le calendrier d'Uzas, il nous est possible de dater les événements avec précision depuis l'an -500- Conquête d'Isyul - jusqu'à de nos jours.



Âge d'Or (? - -500)


À l'aube de la civilisation, où l'homme apprenait à écrire et à cultiver, le monde ne connaissait aucun royaume ni aucun empire. Les hommes vivaient dans des villages et cultivaient les ressources de leur sol. Les villages échangeaient ce qu'ils ne pouvaient avoir contre ce qu'il pouvait produire. Car le commerce vint avant les guerres, et il était affaire de survie plus que de confort. Bien rapidement cependant, se formèrent de vastes cités-état, pleines de force et d'ambitions ; certaines se démarquaient par leur puissance militaire, d'autres par leurs efforts diplomatiques qui en faisaient les membres d'une puissante coalition, d'autre encore par leur rayonnement intellectuel et culturel sur la région.

Isyul, elle, se démarquait par ses richesses, disait-on, infinies. Sa position entre fleuve et montagne, entre vastes plaines et chaîne de pic, entre Nord et Sud, lui avait conféré un atout majeur. Sa puissance commerciale était telle que la monnaie d'Isyul avait cours dans d'autre cités-états, pourtant rivales.

Mais la principale raison de sa prospérité est sans doute à mettre sur le compte de sa stabilité. Alors que les rivaux étaient sans cesse à guerroyer, et à se faire piller, Isyul, la ville aux Murs Célestes et aux Tours d'Argent, n'avait jamais été vaincue. Cette virginité légendaire fait dire à certains que sa prétendue richesse est surtout alimentée par le mythe. En effet, si elle était si riche, disent-ils, pourquoi n'a-t-elle pas étendu son pouvoir en montant une armée et en étendant sa zone d'influence ? Néanmoins, ces mêmes détracteurs ne trouvent point choses à dire sur les pièces frappées du I crénelé - symbole de la ville - retrouvées dans des régions de l'actuel Moyen Centre et des Collines Australes.

Moins avancée culturellement et technologiquement que les états méridionaux, la Vierge d'Or et d'Albâtre connut néanmoins elle aussi son apogée intellectuelle, vers le début du second millénaire avant l'Empire. À cette époque, Isyul était pourtant la cible de nombreuses attaques. La cité même était bien souvent « oubliée » dans les raids, sa réputation faisant fuir les plus audacieux des envahisseurs. Toutefois, les villages que la cité protégeait en échange de denrées agricoles, payaient souvent les frais de ces invasions. D'autant que la cité ne possédait pas d'armée pour repousser les brigands et les ennemis ; hormis les célèbres Gardes des Murs entraînés depuis leur naissance au combat d'infanterie et au tir à l'arc.

Ainsi la violence et la guerre était monnaie courante à Isyul (dont la zone d'influence s'étendait dans toute la partie Nord-Est de l'actuel Duché d'Uzas). Le mouvement culturel qui vit le jour à cette période est fortement marqué par la violence de son temps, les villages brûlés, les viols et les pillages, la funeste et noire fumée à l'horizon, visible depuis les hauts murs de pierre blanche, les hordes de réfugiés qui venaient mendier dans les rues de la cité, pour mourir de froid ou de faim, toutes ces horreurs en totale opposition avec la paix qui règne au creux du giron protecteur de la Vierge d'Or et d'Albâtre.

Les auteurs se réfugièrent donc dans les merveilles d'une mythologie qui se voulait également être un récit fondateur décrivant l'Âge d'Or d'Isyul. Attribuant des origines méridionales à la ville - car à cette époque le Sud était, dans l'imaginaire collectif, un paradis de culture et de paix - tous les auteurs de ce mouvement reprennent souvent les mêmes idées, les mêmes thèmes et les mêmes fantasmes. Les écrivains se réunissaient en ce qu'ils appelaient eux-même des Conventicules Profanes, le plus souvent à Clos de Menach, propriété de l'auteur du même nom ; participaient aux réunions les amis de Chir Menach ainsi que des visiteurs libres, dits "profanes" qui n'avait pas le droit de parole, mais le devoir de silence et d'attention.

Voici un texte, extrait d'une œuvre plus vaste, relatant la fondation d'Ezul-sur-Ilmenia, et décrivant l'Âge d'Or avec ses lieux communs les plus courants. L'ouvrage, attribué à Chir Menach, est intitulé l'Ezuléïade (titre original : Aj Isyulan Diræ, littéralement Récits des Fils d'Ezul).

Citation :
En ces temps lointains où l'homme ne priait pas encore Hesiante
Pour voir sa lance plus acérée, et son épée plus tranchante,
Un homme au front noble et pâle comme le cygne, vint du Sud.
Et famille et amis le suivaient, cherchant des contrées moins rudes.
Isÿul était son nom, et tous l'appelait père ou grand-père,
Car son grand âge donnait à ses paroles vive lumière.

C'est au bord du Fleuve Bleu Qui Court à l'Est qu'Isyul prit pied ;
Et ses fils bâtirent des logis de pierre, des autels, des marchés,
Des fontaines et des belvédères, des parcs et des jardins ;
Mais nulle forge d'arme et nulle haute muraille en rondins ;
Ni ferme laborieuse, ni abattoir sanglant en ces lieux :
Ils vivaient heureux, oisifs, et priant avec ferveur les Dieux.
Et ceux-ci, charmés et par leur piété et par leur innocence,
Leur donnaient fruits, vin, miel, eau, bonheur et amour en abondance.
Et nombreuses furent les années où la nature féconde
Donna d'elle-même ses fruits de la Terre, des bois, de l'onde ;
Nul soc ne blessait son sein fertile, nulle hache dans les forêts,
Les animaux ne craignaient pas les hommes sans pièges ni rets.

La fondation d'Ezul - L'Ezuléïade - Chir Menach


L'invasion et l'occupation Hüšjaque(-500- -287 )


Tandis qu'au Sud de l'Ilmenia la riche Isyul bataillait contre brigands et cités rivales, au Nord, un royaume de barbares et de rustres s'étendait inexorablement. Voilà plusieurs années déjà que des rumeurs circulent au sein de la Vierge d'Or et d'Albâtre, colportées par marchands et exilés : une horde de guerriers féroces conquiert tout sur son passage, et n'hésite pas à exterminer des populations, ou à les réduire en esclavage. Mené par un Roi nommé Hüšjac, le peuple éponyme arrive au bord de l'Ilmenia en l'an 500 avant l'Empire.

Une délégation diplomatique est envoyée avec pour but de nouer des relations pacifiques et lucratives ; selon le rapport adressé à l'Archonte d'Isyul, aucune réponse n'est donnée. Quelques mois plus tard, d'importantes troupes traversent le fleuve à bord d'embarcations aux proues reptiliennes. Emportée par le courant, l'armée débarque un peu plus au Sud. Puis les Hüšjac surgissent et assiègent la Ville. Un rapport d'un garde des murs, a été épargné par le temps, et retrouvé dans le Manoir :

Capitaine Sagui Migdal a écrit:
Du haut de la tour d'Hesiante, les yeux portent loin. Là, mon regard a été attiré par un éclat de lumière, sortant d'une forêt fort éloignée. Puis ce fut bientôt un océan de reflets. Une masse difficilement reconnaissable semblait s'avancer. Derrière elle, un nuage s'élevait. Au bout de quelques instants déjà, je pouvais distinguer même des étendards et des oriflammes. C'est là que j'ai sonné la Cloche d'Hesiante. Je venais de comprendre qu'une armée à marche forcée avançait vers notre Invincible Isyul.

Je ne pouvais deviner qu'il s'agissait des armées du Roi Hüšjac, et combien tenaces elles seraient. Mais dès qu'elles furent visibles à mon œil, non loin des murailles, traversant le Premier Bras d'Helmante, Timorante* prit mon âme en ses serres. Et pourtant, je suis un digne fils d'Isyul, brave et valeureux ! Mais leur nombre ne cessait de croître. Je n'avais jamais vu si grande armée. Le pire était leur allure. Tous étaient grands, tous portaient la barbe longue ; non pas à la façon des mendiants. Leur barbe était entretenue, nouée pour certains, tressée pour d'autre.

Seuls les hommes à cheval portait armure. Les autres étaient ou torse nus, ou peu vêtus. Leur marche était rythmée par des chants au rythme brutal, et à la langue hachée et gutturale. Si j'avais su que certains d'entre eux attaqueraient nus en poussant des hurlements de déments, peut-être eus-je été moins stupéfait.

Capitaine Sagui Migdal, 2p Dayane le Juste, 2.16 av Lib**.
_____________________________________________

Note du traducteur :

* = Helmante, Timorante, Hesiante sont des dieux de l'Ancien Panthéon. Les anciens croyaient en une multitude de Dieux. Ainsi, pour ces cas précis : Helmante est le nom qu'en Isyul on donnait au fleuve Ilmenia ; par extension, c'est devenu le Dieu de l'eau (étymologiquement Helm signifie eau, et ante, « ceux d'avants »). Selon les écrits, on compte une dizaine de « bras d'Helmante » autour d'Isyul, qui sont des rivières numérotées de 1 à 10.
Timorante (Timor, étymologiquement, signifie la crainte) est la divinité de la Peur ; celle qui veille sur les brigands et désire la destruction d'Isyul, dont elle fut chassée par Isyul lui-même.
Hesiante (Hesi veut dire armurier) est un forgeron divin qui fait également la guerre, et accorde la victoire et la gloire à ses plus fervents adorateurs.

2p Dayane le Juste, 2.16 av Lib ** = Deuxième printemps de l'Archonte Dayane le Juste, 2 lunes et seize cycles avant les Libatoires. C'est ainsi que les anciens dataient : les années étaient dénombrées en fonction de l'Archonte d'Isyul et en précisant en quelle saison il avait pris le pouvoir ; les mois selon les phases lunaires (quelques décennies avant l'invasion Hüšjaque, il avait été convenu qu'une lune contenait arbitrairement 30 cycles qu'importe le décalage avec la véritable lune) ; et les jours étaient appelés cycles ; enfin, des fêtes permettaient de se situer dans une année (Les Libatoires inauguraient l'hiver, ainsi 2.16 av Lib équivaut à peu près à la mi-septembre).

Le siège dura quatre mois seulement. Et Isyul l'Invincible, la Vierge d'Or et d'Albâtre, fut conquise. Mais quand le Roi barbare pénétra en Isyul avec son armée, il ne pilla pas outre mesure, et tua très peu de civils. Nombreux furent surpris de voir à quel point Hüšjac était bienveillant avec les habitants d'Isyul.

Il punit les pillages et les violences qui avait été commises ; il déclara, écorchant le nom de La Vierge de son accent nordique : « Désormais Hézul est ma demeure et quiconque lui causera dommage, me causera dommage, et sera châtié comme il se doit ».

Il est très difficile d'expliquer un tel comportement venant d'un étranger considéré comme un barbare, surtout parce qu'il nous reste peu de trace de ces peuples étrangers à la culture du centre et du sud d'Ilmengard. Certains prétendent que la Grandeur d'Isyul l'avait tant émerveillé qu'il avait désiré s'en faire Roi sur le champ (car il abandonnera ses conquêtes du nord d'Ilmenia à son cadet). Il semblerait plutôt qu'il ait désiré la préserver intacte pour mieux coloniser le Sud, car il entreprit d'autres conquêtes méridionales après quelques années de paix.

À sa mort, son Royaume fut attaqué de toutes parts, et certaines cités se rebellèrent. Il n'était pas très bien défendu comparé à sa taille, et seul l'aura de crainte qu'inspirait Hüšjac l'avait préservé si longtemps. Son aîné, Ermond, qu'il préférait entre tous, avait hérité de la part méridionale de son royaume. Il parvint tant bien que mal à maintenir la mainmise sur la région qui correspond à l'actuel duché d'Uzas, et qu'il nomma Royaume d'Hézul.

Sous le règne d'Ermond, et de tous ses descendants, Hézul subit la forte influence de la culture nordique, avec une propension à la violence et au pillage, exacerbée par le règne tyrannique des nouveaux souverains.

Une noblesse, au sang exclusivement nordique, commença à se constituer. Le féodalisme naquit en effet de cette époque. Ermond avait jugé bon de placer des capitaines de confiance à la tête de certaines positions retranchées aux frontières du Royaume. Les populations locales vinrent se greffer, par désir de protection, autour de ces forteresses. Les capitaines étaient alors glorifiés, et le Roi, pour récompense leur offrit terres et tires.

Les nouveaux nobles, qui prêtaient allégeance au Roi, étaient tous d'ascendance nordique. Du moins au début de la période Hüšjaque. Car au bout de quelques générations de consanguinité, on s'aperçut que les enfants d'union purement nordique accumulaient tares et défauts plus ou moins graves, allant de crise de folies passagères à déficience mentale totale.

Aux alentours des années -350, les premiers seigneurs Hüšjac - c'est à dire métissés nordique et fils d'Isyul, entre autres - prenaient le pouvoir dans certains fief, en particuliers à l'Ouest du royaume.

En - 294, des troubles éclataient ; des seigneurs se rebellèrent et demandèrent leur indépendance. Pour la plupart ils étaient Hüšjac, mais des nordiques s'étaient aussi allié au mouvement contestataire, en espérant renverser la dynastie des Ermondiens. Durant sept longues années le royaume sombra dans le chaos le plus total. Cependant, au début de l'année -287, un Seigneur parvint à fédérer le Royaume. Il se nommait Uzas, était à la tête de Castel-d'Uzas et se revendiquait descendant d'Hüšjac, d'une branche illégitime.


[Inachevé]
Revenir en haut Aller en bas
 
Description du Duché d'Uzas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ilmengard :: Les Provinces :: Les Hautes-Terres :: Uzas-
Sauter vers: