AccueilPartenairesFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Forum vivant?
Sam 8 Mar - 18:38 par Isia

» Draupadi reine des Sindals (en construction)
Lun 29 Juil - 14:28 par Draupadi

» Départ du site
Mar 11 Sep - 1:30 par Achmed

» tout, rien et commentaire
Ven 7 Sep - 21:07 par Frère Pierre-Ami

» Médecin en vadrouille cherche poste vaquant
Sam 18 Aoû - 2:11 par Achmed

» Un peu de pub pour le forum?
Mar 26 Juin - 12:27 par Esenheim

» Esenheim Ehli
Lun 25 Juin - 20:29 par Esenheim

» De mon absence
Lun 25 Juin - 18:08 par Averroès Ibn Rochd

» Errance et vagabondage
Mar 19 Juin - 9:26 par Abeléne

» [QL : L'Odyssée du Désert] 2 - Castel d'Uzas
Mar 5 Juin - 0:40 par Katerina

Votez pour nous !
Un petit clic et un petit vote ! Vous pouvez laisser un commentaire si vous le souhaitez, ce n'est pas obligatoire.
Merci !




Annuaire forum RPG


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Création du Personnage

Pour créer un personnage de toute pièce, il vous faut d'abord choisir sa nature.

Si vous optez pour un personnage libre, il vous faudra ensuite choisir sa classe et sa profession.

Pour les autres types, il vous faudra vous diriger vers le choix d'un fief ou d'un domaine barbare.

Enfin, l'avatar, imposé parmi une liste pour les seigneurs Ilmengardes et Barbares, au choix pour les personnages libres.

Vous pouvez également prendre l'un des personnages listés suivant, orphelins de leurs précédents propriétaires et ne demandant qu'à poursuivre l'aventure à vos cotés.

Vous avez d'abord deux seigneurs de l'empire, actuellement neutres, mais pour lesquels nous vous demanderons de choisir une faction:
Merunna von Waldburg
Elrick Von Kassel

Deux fiers barbares:
Tupolev
Theodric

Et enfin deux personnages libres:
Joran Tebryn
Cirdan, le repenti

Nos partenaires préférés










Partagez | 
 

 Annonce: Un havre de Paix

Aller en bas 
AuteurMessage
Ebroin
Comte de Mont-Santonge
Comte de Mont-Santonge
avatar

Age : 25

Légitimiste Légitimiste

Confession : Gémellite


MessageSujet: Annonce: Un havre de Paix   Mar 8 Mar - 0:22

Le jour venait de se lever, et le jeune Ebroïn se tenait face à la fenêtre de sa chambre, fixant le nouveau soleil éblouissant les eaux de cette mer qu’il aimait tant.
Ses yeux d’un vert profond reflétaient chaque lueur rendant son regard perçant et difficilement déchiffrable.
Au loin, un navire à la voile triangulaire passa dans les eaux du Comté, peut-être un bateau de la République d’Alévarnia. Cette intrusion passive aurait put agacer plus d’un seigneur, mais pas lui, il était ravi et cela lui donna même une grande idée.

Aujourd’hui le Grand Conseil Aristocratique devait se réunir comme à son habitude, et Ebroïn ferait une annonce qui allait certainement rendre la réunion très animée et beaucoup plus intéressante.

Le jeune Comte appela son valet de chambre afin qu’il lui porte son eau et qu’il l’aide à s’habiller.

_ Bonjour votre Excellence.

_ Bonjour Boèce comment allez vous aujourd’hui?

Boèce Ventru n’était désormais plus tout jeune, il avait servi son père avant lui et avait vu naître Ebroïn prenant soin de lui depuis ce jour.
Ebroïn, un jour, lui avait demandait si il ne préférait pas retourner vers les siens et finir ses jours auprès de sa famille, mais Boèce avait refusait lui disant que ses enfants étaient adultes désormais et que sa femme était déjà morte. Sa famille, c’était Ebroin, et le jeune Comte le lui rendait bien. Il avait fait aménager des appartements plus que confortables au sein même du Château de Mont-Santonge et lui permettait un jour de relâche par semaine.

_ Bien mon seigneur, je vous remercie. Voila votre eau et votre habit.

Les jours de Grand Conseil, les représentants des Grandes Familles revêtaient un bliaud noir et le Comte un rouge sous lequel il portait une chainse ainsi que sa cuirasse et était coiffé d’un chaperon rouge bordé de fourrure blanche.
C’est pour cela que le Comte avait besoin de Boèce, mais il détestait qu’on l’aide pour s’habiller.

Après s’être lavé le visage, le vieillard aida le Comte parfaitement, si bien que très vite il revêtit son habit de Conseil.

_ Merci Boèce, vous m’êtes toujours fort précieux.
_ De rien mon seigneur, je suis là pour vous, c’est un plaisir.

Ebroïn quitta sa chambre précédé du vieillard qui s’inclina le laissant passer.

_ Bonne journée mon bon Boèce ! dit-il souriant.
_ Bonne journée votre excellence !

Le jeune Comte était radieux aujourd’hui, cette nouvelle idée avait du géni et il en était très fier.
Il saluait les soldats qui s’inclinaient à son passage avec un grand sourire et aux plus anciens, il serrait la main et échangeait quelques mots.
Les gens de la cour ainsi que les membres de sa famille étaient tous enchantés de cette attitude de bonne augure.

D’un pas léger il traversa le château jusqu’à la salle de la Fontaine admirant de nouveau les fresques qui en illustraient le plafond. Il passa ensuite par le jardin attenant qui, au matin, était un enchantement. Les premiers rayons caressaient les vignes grimpantes sur les balcons, les oiseaux chantonnaient, les rires des gens et les odeurs des cuisines réchauffaient le cœur d’Ebroïn et le confortaient dans son idée.
_ Oui, ce sera superbe ! se disait-il impatient.

Descendues les marches des jardins il se trouva dans la cour escorté par ses gardes l’accompagnant à Port Impérial.
Ensemble ils franchirent l’entrée et descendirent les escaliers qui portaient à l’appontement du château.
Là l’attendait le navire officiel qui le mènerait à Port Impérial.
Après quelques minutes d’une traversée qui lui permit de se déjeuner, il mit pied à terre et, toujours escorté, traversa les marchés du Port au milieu des interpellations de ses sujets auxquels il répondait volontiers.

Il était arrivé devant les portes du Symposio, celles-ci s’ouvrirent et les clairons retentirent annonçant son arrivée ainsi que le commencement du Grand Conseil Aristocratique.

Dans la petite cour précédant la Salle des Cinq, il rencontra son oncle le Baron Amaury de la Vallière.
Il s’approcha et le salua chaleureusement :

_ Mon cher oncle, bien le bonjour ! Comment- allez vous ? Quelle magnifique journée n’est-ce pas ? dit-il d’un ton euphorique.
_ Ah mon cher Ebroïn, quelle joie de te voir si souriant ! Que nous vaut cet entrain ? demanda le Baron ravi.
_ Ne vous inquiétez pas mon oncle, vous le saurez très bientôt, et j’ai l’impression que cela va vous plaire ! répondit-il en riant.

Tous deux rejoignirent les représentants assis sur leurs sièges, discutant des faits du Comté.
Ebroïn ne tenait plus en place, il fallait qu’il parle.

_ Mes chers représentants, bonjour et bienvenue. Je vous prierais de bien vouloir regagner vos places et me laisser entendre les requêtes du jour. dit Ebroïn d’une voix tonitruante.
Il avait à cœur ces conseils et les retenait plus qu’importants, c’est pour cela qu’il laissa celui-ci se passer comme il se devait attendant la fin pour révéler ses pensées. Il espérait tout de même, au fond de lui, que ce conseil soit un peu plus court…

Les représentants passèrent l’un après l’autre au centre de la salle face au Comte qui se tenait seul ayant à ses cotés uniquement son scribe. Il écoutait attentivement toutes les requêtes de ses représentants, en discutait avec eux, élaborait des hypothèses, des contre hypothèses, des exemples. Quand il trouvait la juste mesure, il présentait sa décision au Conseil qui la votait et enfin en faisait une loi que les scribes, semblables à des machines, recopiaient fidèlement sur leurs parchemins.

Ce conseil lui parut interminable, mais enfin il s’achevait, enfin il pourrait révéler à tous ce dont il rêvait.

_ Mes chers représentants, j’aimerais aujourd’hui vous faire part moi-même d’une décision. Je ne vous demande pas l’autorisation car ceci est déjà décidé, mais j’ai plaisir à entendre votre avis. Commença t’il.

Tous l’écoutaient dans un silence religieux.

_ J’ai décidé aujourd’hui, et je suis certain que cela restera historique, d’initier une période de festivités jamais connue, afin de recevoir au Château tous les dignitaires de l’Empire ainsi que les familles Impériale et Archiprincière.

Les représentants n’en croyaient pas leurs oreilles. Ebroïn était-il devenu fou ? Toutes ces festivités demandaient beaucoup de préparations, d’investissement, et le protocole strict du Comté n’allait pas faciliter les choses.

Tous se mirent à murmurer entre eux, les plus anciens étaient très perplexes tandis que les plus jeunes comme Gontran Rupant de Beaulieu, chef des armées, était visiblement enthousiaste.

_ Mais, votre excellence, commença Lubin de Grimours, cela va demander des mois seulement pour les préparatifs ! dit-il presque apeuré.

_ Des mois ? répondit Ebroïn. Hors de questions ! Les messagers officiels partiront aujourd’hui de par l’Empire porter les missives à tous les Seigneurs légitimistes ou pas, Gémellites ou Schismatiques, appartenants à l’Empire ou barbares. Je désire un lieu de paix, un véritable havre où tous les Seigneurs pourront festoyer et se connaître en tant qu’Hommes et non idéaux.
Pour cela je souhaite alléger le protocole, les dignitaires ne doivent pas se sentir mal à l’aise et je désire que soit mis à l’honneur le partage et non la soumission.
Le seul passage obligé sera celui de la Salle de la Fontaine, plus que partie du protocole, c’est une tradition pacifique qui me tient à cœur.


Tous les représentants répondirent à l’unisson la devise du Comté : « Ainsi soit-il, Saint-Ange, Saint-Ange, nous rendons grâce à Téléphane pour son immense bonté !»

_ Et qu’il veille sur tous afin qu’en son nom soit faite sa volonté ! répondit le jeune Comte enthousiaste.

Les représentants passèrent à leurs scribes afin de prendre leurs parchemins et saluèrent le Comte vivement en le félicitant pour cette formidable initiative, et s’en allèrent chacun dans leur coche.

Le Comte traversa de nouveau le port qui grouillait de monde mais le laissait passer au prix de se perdre. Il remonta sur le navire officiel et se rendit au Château ou il convoqua les messagers officiels dans le Temple du Saint-Ange.

_ Messagers, aujourd’hui est un grand jour ! Vous partirez, chacun avec votre missive invitant les Seigneurs de l’Empire à tous se joindre aux festivités qui auront lieu au Château, vous porterez sur vos montures un drapeau blanc surmonté des armes de Mont-Santonge afin que tous vous reconnaissent et sachent que vous venez en paix. Mon bon Gontran vous vous rendrez aux Palais Impérial, tandis que vous Gulric irez au Palais Archiprincier.

Les messagers alignés tels des soldats posèrent un genoux à terre et crièrent ensemble :

« Ainsi soit-il, Saint-Ange, Saint-Ange, nous rendons grâce à Téléphane pour son immense bonté !»


Ainsi le Comte Ebroïn de Mont-Santonge fit ouvrir les portes du temple et du château, les messagers paradaient dans la cour sous les acclamations et les clairons pour rejoindre le navire officiel qui les porterait à Port Impérial tandis que certains sur des embarcations plus petites se dirigeaient par la mer vers leurs destinations.
Revenir en haut Aller en bas
 
Annonce: Un havre de Paix
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ilmengard :: Les Provinces :: Les Collines Australes :: Mont-Santonge-
Sauter vers: