AccueilPartenairesFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Forum vivant?
Sam 8 Mar - 18:38 par Isia

» Draupadi reine des Sindals (en construction)
Lun 29 Juil - 14:28 par Draupadi

» Départ du site
Mar 11 Sep - 1:30 par Achmed

» tout, rien et commentaire
Ven 7 Sep - 21:07 par Frère Pierre-Ami

» Médecin en vadrouille cherche poste vaquant
Sam 18 Aoû - 2:11 par Achmed

» Un peu de pub pour le forum?
Mar 26 Juin - 12:27 par Esenheim

» Esenheim Ehli
Lun 25 Juin - 20:29 par Esenheim

» De mon absence
Lun 25 Juin - 18:08 par Averroès Ibn Rochd

» Errance et vagabondage
Mar 19 Juin - 9:26 par Abeléne

» [QL : L'Odyssée du Désert] 2 - Castel d'Uzas
Mar 5 Juin - 0:40 par Katerina

Votez pour nous !
Un petit clic et un petit vote ! Vous pouvez laisser un commentaire si vous le souhaitez, ce n'est pas obligatoire.
Merci !




Annuaire forum RPG


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Création du Personnage

Pour créer un personnage de toute pièce, il vous faut d'abord choisir sa nature.

Si vous optez pour un personnage libre, il vous faudra ensuite choisir sa classe et sa profession.

Pour les autres types, il vous faudra vous diriger vers le choix d'un fief ou d'un domaine barbare.

Enfin, l'avatar, imposé parmi une liste pour les seigneurs Ilmengardes et Barbares, au choix pour les personnages libres.

Vous pouvez également prendre l'un des personnages listés suivant, orphelins de leurs précédents propriétaires et ne demandant qu'à poursuivre l'aventure à vos cotés.

Vous avez d'abord deux seigneurs de l'empire, actuellement neutres, mais pour lesquels nous vous demanderons de choisir une faction:
Merunna von Waldburg
Elrick Von Kassel

Deux fiers barbares:
Tupolev
Theodric

Et enfin deux personnages libres:
Joran Tebryn
Cirdan, le repenti

Nos partenaires préférés










Partagez | 
 

 Des hommes, des cités et des fiefs (Description humaine de Cosino)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Han Daekke
Souverain étranger
Souverain étranger
avatar

Age : Inconnu

Titre : Roi

Barbare Barbare

Caractéristiques : Porte toujours un mempo souriant. Ne se sépare jamais de son katana.

Ne fait confiance à personne.


MessageSujet: Des hommes, des cités et des fiefs (Description humaine de Cosino)   Mer 21 Sep - 12:29

Post N°3

Cosino était un territoire surpeuplé, avant la guerre, mais celle-ci a fait de tels ravages qu'un bon quart de la population est mort. Ainsi, la nourriture abonde, malgré le fait que la densité de population soit toujours impressionnante, maintenant que l'agriculture est repartie du bon pied. La population, essentiellement paysanne, travaille principalement dans les champs de blé et les rizières. Les plus riches manants possèdent d'immenses troupeaux de bétail, qui profitent des grands espaces pour paître.

Dans les villes, les épidémies sont chose courante, mais ne découragent pas pour autant beaucoup les Cosinoï d'y vivre. Ainsi, les quelques villes de Cosino sont en fait de gigantesques cités fortifiées dominant toute une région. Des cités regorgeant d'artisans, d'artistes, de scientifiques, de commerçants, mais aussi de la faune urbaine habituelle : les coupes-jarrets, les voleurs, les hérétiques et les soldats oisifs.

Ces derniers sont d'ailleurs présents en grand nombre sur toute l'île, éliminant les dernières poches de résistance nobles rescapées de la guerre. Leur errance et leur trop fréquent ennui génère une vague d’exactions, de viols, de passages à tabac et de pillages. Moins cependant que durant la guerre, Daekke y a veillé. Le peuple doit croire que la situation va de mieux en mieux, sans penser que les combats sont tout à fait finis.

A Cosino, avant la guerre, chaque cité dominait un petit fief, avec à sa tête un des huit seigneurs. Malgré la mort des huit, les frontières seigneuriales sont restées, et Daekke a placé des Gouverneurs, efficaces et obéissants, à la tête de chacun d’eux, chacun soutenu par un Conseil au pouvoir illusoire, qui donne au peuple l’impression d’avoir une voix parmi les puissants.

La grande cité du fief Linko, Gaï-Ar, a été proclamée capitale du royaume, en raison de sa taille, de son niveau de fortification, de la position stratégique dont elle dispose (elle contrôle le passage à l’un des deux isthmes de l’île) et de la victoire populaire, qui s’est déroulée ici. La citadelle est devenu la résidence royale, a été interdite au bas peuple, et seuls les prêtres et ceux que le Roi convoque ont le droit d’y pénétrer. Elle est gardée par des soldats d’élite qui y ont été sacrés. Quiconque pénètre dans son enceinte sans autorisation est puni de mort.

Les autres grandes cités, sans tomber dans l’inintérêt, ont perdu de leur importance. Aussi passerons nous juste sur leur nom et leur situation géographique. Haradato est la capitale du fief Gukko, situé dans l’angle que forment les deux fleuves. La capitale elle-même est le plus grand port de Cosino, étant construite sur les deux fleuves et la mer en même temps, et dispose de trois enceintes fortifiées, soit deux de moins que Gaï-Ar.

Najarumata est la capitale du fief Junko, séparé au nord du fief Gukko par le Deikulat. L’ancienne famille dominante, les Deijuk, étant très aimés du peuple pour leur bonté et leur simplicité, les habitants de Najarumata sont hostiles au nouveau régime, et la ville a déjà essuyé plusieurs émeutes graves, sans compter les sabotages presque quotidiens. Najarumata dispose normalement de trois enceintes de fortifications, mais la première a été abattue durant la guerre, héritant du nom de Mur du Malheur.

Phoan, la capitale du fief Phoanbokko, est une cité très particulière : en effet, elle n’est pas fortifiée, et ses habitants sont tous de fervents croyants. Quasiment imperméables à la guerre, les armées ont semblé laisser leur terre sacrée tranquille. Seuls quelques soldats en quête de paysages nouveaux sont partis avec leur seigneur réticent à aller défendre les fiefs des autres. En somme, le fief de Phoanbokko est une terre de paix, d’asile et de recueillement pour ceux qui le souhaitent. Cependant, les Phoanï font preuve d’une certaine xénophobie, et certains fanatiques vont jusqu’à sacrifier des étrangers dans les cratères du Kulatopo.

Le fief Mantasakko, séparé du fief Junko à l’ouest par le Deikulat, est le territoire où se sont déroulés le moins de combats. Ne disposant pas de cités réellement stratégiques, il n’a pas été trop détruit par les combats. En revanche, sa capitale, Kamarado, a subi de lourds dégâts, ayant abrité un QG rebelle pendant la reconquête entrepris par la dame Hannaya Deiguk. La cité est très en faveur du nouveau régime, et est en pleine reconstruction, puisque toute ses fortifications et un bon quart des bâtiments ont été rasé par les armées nobles.

Au nord-ouest du fief Linko et au nord-est du fief Gukko est le fief Manko. Sa capitale Meseraju est le second grand point stratégique de l’île, contrôlant, comme Gaï-Ar, l’un des deux isthmes de Cosino. Disposant d’un grand marché quotidien, et de quatre enceintes fortifiées, dominées par une citadelle. Cette cité fut le principal quartier général des armées rebelles du centre pendant la guerre, et n’a jamais été reprise par les nobles. Une statue monumentale du combat de Han Daekke contre Hannaya Deiguk y a été érigée.

Les deux derniers fiefs sont les grandes terres du nord de l’île, Ompojaiko et Nordansanko. Ces territoires sont sacrés pour les Cosinoï, car c’est à partir d’eux que le Conquérant, le Ompo Tsuntamari, a pris l’île et l’a unifiée.
La capitale du Nordansanko, Daekkaete, est le point de départ de la révolution populaire. C’est ici que l’agitateur Han Daekke, virtuose du sabre et stratège hors pair, souleva les foules contre le cruel seigneur Shogiam Deinordansan. La cité elle-même n’est pas très grande, ni très développée. L’économie du nord étant très rurale et agricole, les fortifications sont très peu travaillées, et nul besoin d’autre machine de guerre qu’un bélier pour les prendre. Cependant, le peuple du nord est farouche, et il faudrait du courage à d’éventuels envahisseurs pour prendre la ville.
La capitale du fief Ompojaiko, Ompotitsi, est le symbole mythique de la puissance et de la tradition Cosinoï. Domaines des anciens Rois de l’île, elle n’est maintenant plus que le fantôme de son pouvoir de jadis. Disposant néanmoins de trois enceintes fortifiées et du Grand Sanctuaire d’Ayatsako, Ompotitsi est la cité d’hiver du Roi Han.


Revenir en haut Aller en bas
 
Des hommes, des cités et des fiefs (Description humaine de Cosino)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ilmengard :: Au Delà des Frontières :: Les Domaines Barbares :: Cosino-
Sauter vers: