AccueilPartenairesFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Forum vivant?
Sam 8 Mar - 18:38 par Isia

» Draupadi reine des Sindals (en construction)
Lun 29 Juil - 14:28 par Draupadi

» Départ du site
Mar 11 Sep - 1:30 par Achmed

» tout, rien et commentaire
Ven 7 Sep - 21:07 par Frère Pierre-Ami

» Médecin en vadrouille cherche poste vaquant
Sam 18 Aoû - 2:11 par Achmed

» Un peu de pub pour le forum?
Mar 26 Juin - 12:27 par Esenheim

» Esenheim Ehli
Lun 25 Juin - 20:29 par Esenheim

» De mon absence
Lun 25 Juin - 18:08 par Averroès Ibn Rochd

» Errance et vagabondage
Mar 19 Juin - 9:26 par Abeléne

» [QL : L'Odyssée du Désert] 2 - Castel d'Uzas
Mar 5 Juin - 0:40 par Katerina

Votez pour nous !
Un petit clic et un petit vote ! Vous pouvez laisser un commentaire si vous le souhaitez, ce n'est pas obligatoire.
Merci !




Annuaire forum RPG


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Création du Personnage

Pour créer un personnage de toute pièce, il vous faut d'abord choisir sa nature.

Si vous optez pour un personnage libre, il vous faudra ensuite choisir sa classe et sa profession.

Pour les autres types, il vous faudra vous diriger vers le choix d'un fief ou d'un domaine barbare.

Enfin, l'avatar, imposé parmi une liste pour les seigneurs Ilmengardes et Barbares, au choix pour les personnages libres.

Vous pouvez également prendre l'un des personnages listés suivant, orphelins de leurs précédents propriétaires et ne demandant qu'à poursuivre l'aventure à vos cotés.

Vous avez d'abord deux seigneurs de l'empire, actuellement neutres, mais pour lesquels nous vous demanderons de choisir une faction:
Merunna von Waldburg
Elrick Von Kassel

Deux fiers barbares:
Tupolev
Theodric

Et enfin deux personnages libres:
Joran Tebryn
Cirdan, le repenti

Nos partenaires préférés










Partagez | 
 

 [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ezabel
Princesse Impériale
Princesse Impériale
avatar

Age : 18 ans

Légitimiste Légitimiste

Caractéristiques : Exigeante, autoritaire et têtue, elle a le bouillonnement des jeunes gens. Son éducation privilégiée l'a enfermée dans une solitude dorée et ses dehors durs cachent une réelle timidité et une sincère volonté d'amour.


MessageSujet: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Ven 15 Oct - 14:14



Une biche égarée dans la tanière d’une meute de loup…

C’est à ça que ressemblait la jeune princesse dans l’affluence bigarrée et polymorphe du marché. Elle avait choisi le plus grand marché de la Capitale Blanche, pensant que la foule immense qui s’y pressait offrirait une coque protectrice suffisamment épaisse.

Mais comme tous les lieux populeux, le grand marché était à la fois le meilleur garant d’un incognito salvateur et à la fois la meilleure opportunité d’une mauvaise rencontre. Tires-bourses, proxénètes, voleurs à l’étal, aventuriers en recherche de mauvais coups jouaient des coudes avec une population pacifique. Dans les rangs serrés des badauds, les gens de bien, les Ilmengardes moyens et les canailles se côtoyaient sans qu’il soit toujours facile de les distinguer.

Se faufilant entre les corps compressés, dans la densité compacte de la multitude, Ezabel étouffait. A chacun de ses déplacements habituels, on s’écartait à son passage, se pliant en révérences. Toute sa vie, le chemin sous ses pas s’était ouvert naturellement, nul obstacle n’interrompait jamais son avancée linéaire, les êtres vivants se retiraient avec dévotion sur son passage. Elle parcourait la vie en ouvrant par sa seule nature les flots tumultueux des regroupements humains, comme un prophète ouvrirait la mer pour offrir un couloir miraculeux à un peuple élu.

Aujourd’hui, elle tentait de nager dans le torrent agité, emportée malgré elle par un courant indomptable, bringuebalée d’une épaule à une autre, cognée de droite et de gauche par les coudes indifférents des habitués à se frayer un passage coûte que coûte. Elle ne maîtrisait pas son itinéraire, ballottée par une vague océanique confuse. Tout juste parvenait-elle à garder un cap, jetée d’une rive à l’autre sur les éventaires fournis où elle se heurtait avec violence.

Le haut de ses cuisses, douloureux, se couvrait de bleus et d’ecchymoses tant elle était jetée contre les planches de bois des étalages marchands. Ses orteils étaient presque en sang à force d’être écrasés par les lourdes bottes, les hauts talons ou les épais sabots. Son souffle était court des efforts insensés qu’elle devait fournir pour remonter le flux et lutter contre le reflux.

C’était donc cela l’extérieur ? Pour elle, cela s’apparentait à l’enfer.

Sa main serrait toujours précieusement son écu, avec une telle conviction que son poing en était rouge et les jointures de ses doigts blanches. Et ce qu’elle pensait être une cachette invisible d’un aperçu de sa richesse se révéla aux yeux expérimentés des détrousseurs qui hantaient la foule, le signe évident d’un butin facilement acquis.

En quelques coup d’œil discrets et imperceptibles, plusieurs jeunes malandrins se regroupèrent de loin en loin autour de la proie effarouchée. Ils prenaient garde de rester espacés entre eux et avec leur cible, séparés par les corps nombreux de quelques acheteurs et promeneurs. Mais imperceptiblement, leur étau se resserrait autour du naïf et inconscient gibier. Imperceptiblement, ils guidaient le maelström pour entraîner la nageuse maladroite vers le bord du fleuve humain.

Sans s’en rendre compte, luttant toujours avec abattement contre la cataracte vivante, Ezabel s’écartait de l’allée centrale, se laissait emporter vers l’extérieur du vaste cercle de toiles des camelots. Elle fut rejetée dans l’allée qui bordait la grande place, à quelques pas des rues étroites qui venaient y mourir.

Ce fut à cet instant qu’elle croisa le regard avide d’un jeune enguenillé hirsute et sale. Fuyant son œil vorace, elle se tourna vivement, pour tomber nez à nez avec un adolescent maigre et haut, au physique de candélabre et au teint de chandelle.

La crainte commença de monter de l’intérieur de son ventre. Les deux jeunes hommes avançaient vers elle et la contraignaient à reculer jusqu’à une sombre venelle. Deux autres garçons, à peine sortis de l’enfance eux aussi, venaient de surgir de la foule, de s’externaliser de la masse pour venir refermer le cercle autour de leur proie tremblotante.

Les poils d’Ezabel se dressèrent jusqu’à leur follicule. Elle savait qu’elle serait bientôt la victime pantelante d’une vivisection pratiquée par ce groupuscule menaçant, même si elle ne savait pas si ils en voulaient à sa vie, à sa vertu ou à son argent. Les trois peut-être… Comme une somnambule, elle reculait vers un coin retiré et peu éclairé. Elle refluait sans pouvoir lutter vers le lieu de son immolation, comme une bête qu’on guide vers l’abattoir et qui s’y dirige volontairement sans comprendre, comme un gladiateur qui entre dans l'arène parce qu'il est conditionné à le faire, tétanisée par la terreur.

Les quatre bourreaux avaient l’âge d’être ses petits frères et elle ne comprenait pas la violence qui émanait de si jeunes gens. Elle savait que le monde du petit peuple était constitué de fruits pourris et de graines gâtées mais n’imaginait pas que la pourriture atteignait jusqu’au pédoncule des fruits, jusqu’aux germes des graines.

Avec candeur et désespoir, elle tenta d’attendrir ses chasseurs.

- Que me voulez-vous ? Je suis une pauvre jeune fille… Je n’ai rien à vous offrir…

Le grand maigre s’avança en riant.

- A d’autres ! Epargne-nous tes carabistouilles. Les filles comme nous, on les connaît. Elles ont pas le nez propre comme toi, ni une robe si neuve…

L’adolescent regardait avec insistance le ventre d’Ezabel. Son instinct exercé avait remarqué la boursouflure qui gonflait les plis de la toile grossière. D’un geste vif, il souleva l’étoffe et la rejeta sur la tête de la Princesse.

Ezabel ferma les yeux. Réflexe inutile puisqu’elle était couverte de sa robe. Son corps nu était exposé aux yeux gourmands de ces jeunes mâles. Ça y était ! Sa chair ne resterait donc pas indemne sous leurs assauts. Ils allaient se repaître de sa peau et de son sexe, elle n’en doutait plus…

Elle sentit la main du garçon qui courait sur son ventre, sans soupçonner que ce qui l’intéressait n’était pas son anatomie appétissante mais la lourde bourse de cuir qui pendait à la ceinture qui entourait sa fine taille. Il l’arracha, ouvrit l’opercule qui la tenait fermée et plongea sa main dans les pièces d’or en hurlant de bonheur.

Sous le couvert de tissu qui lui cachait la scène, elle entendit les louveteaux se passer la bourse de mains en mains, poussant des cris de joie devant la surprise de leur butin. Elle demeurait immobile, la légère bise caressant sa peau dévoilée, la robe rabattue sur son visage.

Elle venait de se faire dépouiller, elle attendait maintenant l’outrage suprême, les assauts turgescents qui allaient suivre, précédant peut-être la mort. Elle ne bougeait plus, résolue et accablée… Son escapade n’aurait pas été longue avant de basculer dans l’horreur…

Revenir en haut Aller en bas
Gehanne de Mérieu
Réputé
Réputé
avatar

Age : 19 ans

Neutre Neutre

Guerrier : Milicien
Profession : Mercenaire

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Persuadée à tort ou à raison que Téléphane lui parle directement, elle est d'une foi inébranlable et pourtant une guerrière sans pitié. Ses élans la poussent à rechercher la compagnie amoureuse des femmes.

Equipement Particulier : Fouine apprivoisée


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Ven 15 Oct - 16:14

Post N°1


Malgré son armure, elle se déplaçait avec une grâce féline et dans un silence étonnant. Aucun des quatre jeunes hommes ne l’entendit arriver. Ils étaient bien trop occupés à essayer d’estimer la fortune dont ils venaient de s’emparer contre toute attente.

Il y eut un son sifflant, un vent rapide qui déplaça l’air en un tourbillon et le grand maigre vit jaillir de son avant-bras un flot de sang. Sa main venait de tomber au sol, sans lâcher la bourse de cuir.

Il ne comprit pas tout de suite, puis fut saisi par la douleur. Sa main, tranchée nette, s’agitait encore de soubresauts nerveux en répandant le liquide rougeâtre et poisseux sur son pied.

Son cri de joie se transforma en grincement de douleur et ses trois comparses se tournèrent vivement.

Face à eux, une belle jeune femme brune les toisait dans son armure dorée. Une longue épée à la large lame maculée les pointait. Il ne leur fallut pas longtemps avant de comprendre qu’ils n’auraient aucune chance de se défendre contre cette combattante visiblement expérimentée et ils déguerpirent, abandonnant leur chef qui venait de tomber à genoux, en se tenant l’avant-bras, pleurant et gémissant.

Elle s’avança vers lui et le poussa au sol d’un pied dédaigneux. Le visage du garçon s’écrasa dans la terre battue. Elle posa sa botte métallique sur la nuque du geignard, dans un geste de domination et exerça une légère pression pour enfoncer sa figure dans le sol.

Le risque pour un voleur est de se faire prendre. Celui-ci venait de se faire prendre et n’aurait pas fini de le payer. Avec son moignon, plus jamais une bande ne l’accepterait et il serait réduit à la mendicité ou au chapardage solitaire. Quand à ceux qui le reconnaissaient pour chef, ils étaient certainement déjà en train de s’entretuer pour savoir qui lui succèderait.

Elle eut un haussement d’épaule méprisant et relâcha l’étreinte de son pied. Avec une souplesse que lui permettait son armure légère et ingénieusement articulée, elle se baissa, ramassa quelques écus tombés au sol et les remis dans la bourse de cuir qu’elle referma.

Pendant qu’elle s’approchait de la Princesse, qui exposait toujours ses charmes, la tête couverte par sa robe, le blessé se releva difficilement et tituba pour s’éloigner, profitant de la clémence de la guerrière qui avait choisi de le laisser vivre.

Elle resta un instant en contemplation devant le corps gracile, si fin et si attirant de la jeune femme. Elle ne put s’empêcher de caresser son flanc, de laisser courir ses doigts sur la taille mince et ravissante. Ezabel ne voyait rien et pensait subir les premiers attouchements des juvéniles bandits.

Sa main s’avança vers la pointe d’un sein. Elle mourait d’envie de saisir ce téton, de pétrir ce mamelon. Elle mourait d’envie d’y coller sa bouche gourmande et de s’en repaître. Mais elle se retint. En secouant légèrement la tête, elle tâcha d’éloigner son trouble et noua fermement la bourse sur la ceinture.

Puis, elle souleva délicatement la robe et couvrit l’objet de ses désirs. Le visage d’Ezabel se dévoila, tout près du sien. Ce fut comme une apparition. Les traits splendides de la jeune femme firent flageller les jambes solides de la combattante. Son attirance charnelle des premiers instants se transforma doucement, dans chacune de ses veines, en un désir absolu, complet, un désir de jouir de l’être tout entier qui se tenait devant elle, de son corps et de son âme, un besoin de passer le reste de ses jours et de ses nuits à ses côtés, un souhait de veiller sur elle et de la protéger, un serment de l’aimer et d’en être aimée.

Ezabel regardait la guerrière sans comprendre. Les malfaiteurs avaient disparus. Seule une petite flaque de sang et une main gisant à terre restaient les témoins de la scène qui avait précédée. Le regard appuyé et profond de la femme soldat l’apaisa. La douceur de son souffle, qui sortait de ses lèvres tout près des siennes, la mit en confiance. Ce visage amical et bienveillant qui se penchait sur le sien, ces yeux noirs emplis de bontés qui couraient sur sa peau et la détaillaient, cette main douce et rassurante qui se posait sur son bras… Tout cela l’aidait à sortir de son hébétude avec un sentiment de sécurité retrouvée.

Choquée, éberluée, incapable encore de réfléchir, il lui sembla pouvoir s’en remettre totalement à cette inconnue dont son cœur lui soufflait qu’elle ne lui voulait que du bien.

Brisant le silence qui les entouraient comme une bulle de sérénité, la Princesse prononça un mot qu’elle avait presque oublié, un simple petit mot qui ne faisait pas partie de son vocabulaire de petite fille riche et dont elle redécouvrait la puissance et la valeur à ce moment précis.

- Merci !

La guerrière baissa le regard avec humilité. Elle n’avait fait que son devoir en protégeant une innocente d’une meute de charognards. Ce fut seulement pour elle un acte mu par le code d’honneur qu’elle s’était édicté, depuis ce jour où La Voix lui avait enjoint de devenir Chevalier. Cette Voix irréelle qui avait commandée le chemin de sa vie, qu’elle n’avait entendu qu’une fois, et qu’elle donnerait tout au monde pour entendre encore. Cette Voix qui avait résonnée dans et hors d’elle, qui l’avait enveloppée tout entière, assaillie jusqu’au tréfonds de son âme. Cette Voix, elle en était sûre, qui était celle de Téléphane lui-même.

- Je suis Gehanne de Mérieu ! J’ai mis mon épée au service de Téléphane, notre Dieu bon et protecteur. Et de quelques Seigneurs capables de me payer, ajouta-t-elle avec un sourire.

Elle ne regrettait pas d’avoir suivi le Marquis de Suss-Mayern à la Capitale. Quand le vieil homme rusé lui demanda de faire partie de sa suite, elle ne pensait pas que le hasard la poussait vers les bras qu’elle rêvait accueillants de cette belle jeune fille.

- Mais toi, qui es-tu pour te promener avec un tel trésor ?

Ezabel tressaillit. D’abord, ce tutoiement la heurtait mais elle devrait le supporter pour préserver son anonymat. Ensuite, elle n’avait tout simplement pas pensé avoir à répondre à cette question et n’avait donc pas réfléchi à son identité secrète.

- Ez… Ezmaline ! Je suis la fille d’un marchand et je venais faire quelques achats pour lui.

Gehanne eut une moue perplexe. Il était difficile de croire qu’un marchand eut envoyé sa fille, si jeune et sans protection, agiter autant de pièces d’or sous le nez des rapaces qu’il savait forcément pulluler sur le marché. Mais comme mercenaire, Gehanne avait souvent croisé des individus qui préféraient ne rien révéler d’eux-même et elle décida d’accepter cette version.

- Tu m’as surtout l’air de quelqu’un qui a besoin d’un chaperon pour faire ses courses. Laisse-moi t’accompagner pour t’éviter de reproduire cette mésaventure.

Qu’elle le veuille ou non, Ezabel n’était pas en mesure de refuser cette proposition. Elle était trop seule, trop perdue, trop fragile… Et Gehanne lui parut une alliée et une protectrice suffisamment valable.

Elle retrouva ses réflexes de Princesse : Gehanne était une mercenaire, et ces gens-là obéissent à celui qui les payent. Avec la fortune qu’elle portait sur le ventre, Ezabel avait largement de quoi s’offrir ses services et payer son obéissance.
Revenir en haut Aller en bas
Frère Pierre-Ami
Célèbre
Célèbre
avatar

Age : 27 ans

Neutre Neutre

Clerc : Moine
Profession : Prêtre

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Tonsure blonde, généralement vêtu d'une bure monastique. S'appuie sur un bâton.

Têtu et doux fanatique.

Malgré sa confession gémellite, il trouve les rites, les longues prières et la hiérarchie stupides. Il est persuadé que battre les routes et faire le bonheur où qu'il aille est un meilleur moyen de servir son dieu que s'agenouiller devant lui plusieurs fois par jour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Jeu 4 Nov - 19:53


Post N°1


Le marché était un bon lieu pour mendier quelques sous, de quoi s'acheter un peu de nourriture, et aussi pour prêcher et récupérer des brebis égarées, car les malfrats n'étaient pas rare en ces lieux où tout se vendait, du tas de légumes au corps des femmes de mauvaise vie. La prostitution révoltait le moine itinérant.
Comment l'Empereur pouvait-il laisser de telles activités être pratiquées impunément, s'il était bel et bien le fidèle serviteur du bien qu'il prétendait être ? C'était à n'y rien comprendre.

En somme, le marché était un lieu de parfaite fusion entre la bonté et la perdition, un lieu que Pierre-Ami n'appréciait pas particulièrement. Il se frayait un chemin dans la foule malodorante, empestant la sueur âcre, priant Téléphane pour en sortir vivant, ni asphyxié, ni piétiné. Peu fort physiquement, il dut suivre un étrange mouvement de foule, peu perceptible, senti uniquement par ceux qu’il charriait comme une coulée de lave charrie ses scories. A savoir lui, une jeune femme, à première vue membre de la bourgeoisie, semblable à l’idée qu’il se faisait d’une servante de palais, et quatre jeunes débraillés, visiblement roublards, à une dizaine de toises devant lui.

Ces gaillards à peine sortis de l’enfance devait en vouloir à l’or de la jeune femme, et peut-être même à son intimité. Pierre-Ami sentit bouillir la rage en lui. Ces gens étaient les suppôts de Perséphon, et son devoir était de les ramener dans le droit chemin. Mais, à l’instant, le jeune moine n’avait envie que de leur briser le crâne à coups de bâton.

Il devait résister. Se découvrir maintenant pourrait lui coûter la vie, car il ne tiendrait pas longtemps à un contre quatre, malingre comme il l’était. Et les discours prophétiques comme les malédictions n’avaient guère d’effet sur ce genre de faune urbaine, surtout lorsqu’ils étaient dans un état d’excitation élevé. Le clerc hésita à appeler à l’aide, mais qui lui répondrait ? Il était ici au royaume des retors et, même si les généreux étaient présents, il y avait fort peu de chance qu’ils entendent son appel.

Il décida donc de foncer, et de brandir la parole d’abord, le bâton ensuite, si cela s’avérait nécessaire, ce qu’il n’espérait pas. Se dirigeant à grands pas vers la ruelle où le groupe avait disparu, il entendit, au dessus des bruyants murmures de la pléthore d’êtres défilant parmi les étals, un cri de douleur.
Il surgit au détour du recoin, sentant l’adrénaline monter en lui, et se prépara à assener les pires paroles dont il était capable sur les tympans de ses adversaires potentiels. A sa grande stupéfaction, au lieu de tomber nez-à-nez avec des petits voleurs, il vit, à deux toises de lui, une femme en armure dorée qui touchait la taille dénudée de la jeune femme emportée par les petits mâles en rut. Petits mâles en rut dont la main d’un des leurs gisait dans une mare de sang.

Pierre-Ami n’aperçut cependant pas ce détail. Car il avait vu le sexe, masqué par une toison brune, de la fille, presque femme, et en cela, il avait péché. Il se détourna, revenant rapidement sur ses pas, de cette vue doublement indécente, puisqu’une femme en touchait une autre à même son ventre, et d’une manière assez explicite. Il ne voulait pas assister à une scène de luxure qui risquait d’avoir lieu, mais il pouvait encore l’empêcher.

Après avoir fait une rapide prière, il se rendit compte que tant d’émotions d’un seul coup avait rendu ses jambes flageolantes. En attendant qu’elles se calment, Pierre-Ami espéra que les deux femmes ne s’abandonnaient pas au péché, ici, dans une venelle. Il espérait même qu’elles ne s’y adonneraient jamais. Il fut rassuré lorsqu’il les entendit parler. La première voix semblait tremblotante, comme si celle qui la possédait était au bord des larmes. La deuxième était forte mais chaleureuse, comme celle d’une paysanne d’âge mur, pleine d’expérience. Elle se présentait comme servante de Téléphane, mais aussi de l’or. A la mention de deux notions si éloignées, Pierre-Ami se sentit bouillir de rage, une deuxième fois. Ces femelles, au moins la guerrière, méritait de réapprendre qui était Téléphane.

Une petite discussion entre les deux s’ensuivit, et lorsqu’il supposa qu’elles allaient partir, il s’engouffra dans la venelle, faisant mine d’être là par hasard. Il vit la main au sol, et son cœur se serra pour son ancien possesseur. Ce dernier avait beau être un voleur, Pierre-Ami maintenait qu’un tel châtiment n’était pas tolérable. Une expression d’effroi qu’il espérait convaincante apparut sur son visage, et ses yeux volontairement exorbités allèrent de la main tranchée au couple féminin. Il balbutia, comme choqué :



- Que… que… que… qu’est-ce qu’il se passe, ici ?



Spoiler:
 


Dernière édition par Frère Pierre-Ami le Dim 14 Nov - 17:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gehanne de Mérieu
Réputé
Réputé
avatar

Age : 19 ans

Neutre Neutre

Guerrier : Milicien
Profession : Mercenaire

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Persuadée à tort ou à raison que Téléphane lui parle directement, elle est d'une foi inébranlable et pourtant une guerrière sans pitié. Ses élans la poussent à rechercher la compagnie amoureuse des femmes.

Equipement Particulier : Fouine apprivoisée


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Sam 6 Nov - 16:40

Post N°2


Un petit bonhomme malingre se tenait là. Vêtu d’une robe de bure, une couronne blonde enserrait sa tonsure, il avait tout d’un moine. Elle s’avança vers lui de sa démarche de panthère. Sa silhouette souple et gracile le dépassait d’une demi-tête.

- Ce qu’il se passe ? Il se passe que Téléphane a guidé mes pas jusqu’ici pour sauver l’intégrité et sans doute la vertu de cette jeune enfant.

Derrière elle, Ezabel semblait s’abriter derrière le paravent longiligne de son corps leste et musclé. Echaudée par la sauvagerie du monde extérieur à sa demeure dorée, elle plaçait désormais toute sa confiance dans cette guerrière inconnue qui venait de la tirer d’une épreuve douloureuse. Sans la connaître, elle s’en remettait totalement à elle pour préserver son honneur et peut-être sa vie.

Le petit moine n’avait pourtant pas l’air d’un individu dangereux mais la Princesse, déjà d’un naturel farouche, ne voulait plus à cet instant rencontrer quelque homme que ce soit sans une saine défiance.

- Et vous ? continua Gehanne. Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce coin sombre ? Est-ce la place d’un moine ? D’un homme de Dieu ?

Ezabel vint agripper la jeune femme par le bras pour la tirer à l’écart.

- J’ai beaucoup à faire et j’aimerais quitter cette cité au plus vite… Serait-il possible d’écourter cette conversation sans intérêt ? Nous avons des achats à faire, je vous le rappelle…

Gehanne ne put s’empêcher de sourire. Elle soupçonnait la douce et belle jeune fille d’être bien née et elle constata qu’elle avait effectivement toutes les impolitesses d’une personne de haut rang. Son désir et sa volonté comptaient pour elle par-dessus tout et rien d’autre ne l’intéressait que sa propre personne.

Même si son penchant la poussait à pardonner l’autoritarisme égoïste d’Ezabel, trouvant même que son petit air pincé lui conférait un charme fou et que sa moue était tout simplement craquante, elle se jura pourtant de lui apprendre l’humilité et la patience.

- Je ne refuse jamais de parler avec un serviteur de Téléphane… Ils sont hommes de bien et hommes de science. Mais rien ne t’empêche d’aller parcourir le marché sans mon aide si tu es si pressée.

Elle avait dit cela avec un tel calme, une telle douceur et un tel sourire que la fille de l’Empereur ne releva même pas ce qui pour elle était une grave offense : on ne lui obéissait pas. Prenant son mal en patience, elle détourna le regard de l’inconnu et se renfrogna en croisant les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Frère Pierre-Ami
Célèbre
Célèbre
avatar

Age : 27 ans

Neutre Neutre

Clerc : Moine
Profession : Prêtre

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Tonsure blonde, généralement vêtu d'une bure monastique. S'appuie sur un bâton.

Têtu et doux fanatique.

Malgré sa confession gémellite, il trouve les rites, les longues prières et la hiérarchie stupides. Il est persuadé que battre les routes et faire le bonheur où qu'il aille est un meilleur moyen de servir son dieu que s'agenouiller devant lui plusieurs fois par jour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Sam 6 Nov - 18:18


Post N°2


La femme en or n'était pas du genre à mentir, mais ce qu'elle répondit n'en était pas loin, même si elle était persuadée de détenir la vérité. Pierre-Ami se redressa, et feignit d'hésiter à s'enfuir. Il resta, bien entendu, et balbutia maladroitement ce qu'un moine aurait normalement répondu, bien qu'il aurait volontiers sermonné sans remords la femme, bien plus grande et plus forte que lui. Mais il garderait cela pour plus tard. Le moment était mal choisi pour une véritable leçon de religion.

- Té... Téléphane, oui, bien sûr. Je doute cependant que le Grand Dieu vous ait envoyé trancher les mains de vos prochains, fussent-ils de mauvaise éducation. Nous sommes tous Ses créatures. Je ne peux que vous conseiller de vous repentir, non pas d'avoir sauvé cette jeune fille, mais de l'avoir fait avec violence. Maintenant, nous devrions...

Mais la guerrière avait déjà enchaîné avec une nouvelle question. Une des plus indiscrètes, du genre que l'on ne pose pas à un représentant de Dieu. Que faisait-il ici ? Il n'avait pas à se justifier, et il le lui dit en terme plus justes.

- Téléphane est partout, et je suis Son serviteur. S'il a réellement guidé vos pas et ceux de cette damoiselle ici, pourquoi n'y aurait-il pas dirigé les miens ? Tous les lieux du monde sont bons pour Ses fidèles, car Il les protège avec bonté. Le possesseur de cette... main, il feignit un frisson d'horreur, ne devait pas être pieux, mais Téléphane l'a dit : "Tu n'useras de violence sur aucune de Mes créatures". Je le répète, nous...

Mais la jeune au-moins-bourgeoise parla enfin, assez hautaine, lui coupant la parole. Cette gamine agaça tout de suite Pierre-Ami. Sa peau blanche prouvait qu'elle ne travaillait guère. Maintenant qu'il l'observait de près, il était certain qu'elle n'était pas bourgeoise, mais bien noble. Et, dans son maintien, le moine devinait, grâce à son expérience des gens, qu'elle était issue des plus hautes sphères de la cité. Mais cela aussi, il le garda pour lui. Il allait répondre âprement lorsque la guerrière s'en chargea, mais avec le sourire. Il se contenta d'ajouter ce qui lui semblait important.

- Et Téléphane ne doit pas être pris à la légère, ma fille. En aucun cas, car il peut tout, voit tout, entend tout, et il vous jugera quand sonnera pour vous le glas. Mais cette jeune fille a raison sur un point. Partons vite de ce lieu de malheur. Je vais vous accompagner, car Téléphane n'a pas placé votre route sur la mienne pour rien, et ma présence vous confèrera une protection contre les artifices du Démon bien plus recommandable que l'épée.

Une suggestion de la part d'un clerc n'était pas contestable, et avait souvent valeur d'ordre. Seule la famille impériale et les grands nobles pouvaient se permettre de refuser, et, si cette prétendue Ezmaline ne voulait pas trahir sa véritable identité, elle devrait accepter la présence du jeune moine.


Dernière édition par Frère Pierre-Ami le Dim 14 Nov - 17:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ezabel
Princesse Impériale
Princesse Impériale
avatar

Age : 18 ans

Légitimiste Légitimiste

Caractéristiques : Exigeante, autoritaire et têtue, elle a le bouillonnement des jeunes gens. Son éducation privilégiée l'a enfermée dans une solitude dorée et ses dehors durs cachent une réelle timidité et une sincère volonté d'amour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Dim 7 Nov - 17:07

Post N°5


Ezabel continuait sa bouderie et de désintéressait complètement de la discussion théologique qui occupait ses deux compagnons. Elle tressaillit seulement quand elle entendit le moine affirmer qu’il les accompagnerait.

Elle essayait jusqu’à présent d’être discrète et elle douta que ce curieux équipage : une servante flanquée d’une guerrière en armure couleur d’or et d’un moine passe réellement inaperçu. La présence de Gehanne la rassurait, celle du moine l’incommodait.

Elle lança à la guerrière un regard implorant qui la suppliait d’envoyer paître le religieux. Gehanne fondit devant sa mine contrite et sa lippe suppliante et incapable de résister à cette cascade de charme, elle s’apprêta à renvoyer le dévot. Mais avant qu’elle n’ouvre la bouche, son attention fut attirée par une ombre minuscule qui tournoyait entre ses jambes.

Le nez de la princesse se retroussa à plusieurs reprises, elle humait l’air avec une moue de dégoût, une odeur acre lui chatouillait les narines. Avec horreur, elle vit Gehanne s’accroupir pour ramasser au sol une bête immonde, qu’elle prit dans ses bras en la caressant et en déposant sur son crâne poilu quelques doux baisers.

Bouchant son nez avec ses doigts, elle détourna la tête pour ne pas subir les remugles nauséabonds que dégageait le petit animal : une fouine.

- Comment pouvez-vous supporter l’odeur de cette créature ?

Gehanne sourit. Heureuse d’avoir retrouvé quelqu’un qu’elle connaissait manifestement bien, la fouine venait se lover sur l’épaule cuirassée qu’elle avait pourtant l’air de trouver confortable.

- C’est vrai que c’est un peu odorant… C’est un mâle ! dit-elle avec un sous-entendu que personne ne comprit.

Sans la brusquer et en caressant son ventre du bout des doigts, Gehanne retira un petit parchemin que l’animal portait attaché autour du cou.

- Mais c’est tellement mignon… Et tellement utile.

Devant les deux paires d’yeux étonnées qui s’appesantissaient sur le message, la jeune femme crut bon de fournir une explication en déroulant le parchemin:

-
Cette gentille fouine est un envoyé du Marquis de Suss-Mayern, mon actuel employeur.

Elle lut avec attention les quelques mots tracés d’une écriture minuscule et sitôt sa lecture terminée, elle dressa un regard entendu en direction de la princesse. Sur le côté de la commissure de sa lèvre, une fine fossette trahissait le léger sourire qu’elle essayait de réprimer.

Ezabel ne comprit pas pourquoi elle la fixait avec cet air malin de celui qui vient de recevoir la lumière mais, fine mouche, elle supposa que quelque chose dans cette missive la concernait. Quand Gehanne approcha tout doucement ses lèvres de son oreille, jusqu’à ce qu’elle sente sa respiration chaude et qu’elle reçoive dans un murmure des mots soufflés avec tendresse, elle n’eut plus aucun doute :

- A présent, je sais qui tu es, belle Princesse…


Leurs joues se touchaient presque, Ezabel sentait la douce exhalaison du parfum de sa peau et en éprouvait une émotion confuse. Son secret était dévoilé et pourtant, la guerrière ne variait pas son attitude à son égard. Elle continuait de se montrer protectrice, prévenante et forte à la fois. Elle continuait de se montrer une parfaite amie, proche et presque supérieure. Elle n’abandonnait pas le tutoiement, ne se prosternait pas et ne manifestait aucune marque particulière de déférence. Juste cette assurance presque virile et cette attention presque maternelle.

De n’importe qui, la fille de l’Empereur n’aurait pas accepté, une fois son identité connue, qu’on ne se plie pas en courbettes. De cette femme, elle n’en éprouvait aucune amertume. Au contraire, elle se surprenait à apprécier une proximité que son rang avait toujours empêché avec qui que ce soit.

Pour une fois, pour la première fois, une jeune femme comme elle, d’à peu près son âge, se montrait bienveillante sans obligation ni arrière-pensées. Il n’y avait pas entre elles cette barrière habituellement infranchissable de la classe sociale, pas ce mur qui isole les puissants et leur interdit l’amitié. Il n’y avait pas entre elles de barrière du tout.

Ezabel reçut la conviction à cet instant qu’elle avait trouvée une amie. Elle n’eut aucun geste de recul, et ressentit même un certain plaisir, quand Gehanne caressa affectueusement sa joue de la pulpe de ses doigts, posant sur ses traits fins un regard attendri.

Dans un rapide volte-face, la guerrière se tourna vers le moine :

- Vous pouvez nous suivre si ça vous chante ! Au moins jusqu’à ce que je décide le contraire… Nous ne serons pas trop de deux pour veiller sur notre jeune protégée.
Revenir en haut Aller en bas
Frère Pierre-Ami
Célèbre
Célèbre
avatar

Age : 27 ans

Neutre Neutre

Clerc : Moine
Profession : Prêtre

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Tonsure blonde, généralement vêtu d'une bure monastique. S'appuie sur un bâton.

Têtu et doux fanatique.

Malgré sa confession gémellite, il trouve les rites, les longues prières et la hiérarchie stupides. Il est persuadé que battre les routes et faire le bonheur où qu'il aille est un meilleur moyen de servir son dieu que s'agenouiller devant lui plusieurs fois par jour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Lun 8 Nov - 22:18


Post N°3


Les jeux de ces deux jeunes femmes n'étaient que péché, et Pierre-Ami attendit, impatient, qu'elles finissent de discuter et de se montrer des marques d'affection corporelles un peu trop douces à son goût. Les seules marques d'affection que lui avait jamais reçu étaient les coups de baguette de Frère Pancrasien et les tapes sur la tête de Philésandre. Les seules qu'un moine ait le droit de recevoir, hormis l'amour de Téléphane. Quand la guerrière sembla de nouveau s'intéresser à lui, elle lui déclara qu'il ne les suivait que parce qu'elle le voulait bien.

Assurément, cette femme était folle, pour défier ainsi un envoyé du dieu qu'elle prétendait servir. Folle et stupide.


- Je ne suis pas ici par votre décision mais par la volonté de Dieu ! Et seul Lui pourra me faire prendre une autre voie. Mais soit, allons-y.

Pierre-Ami attendit qu'Ezmaline ou que la guerrière prenne les devants, jouant avec son vieux bâton usé et récitant mécaniquement des prières dans son esprit pieux.


Dernière édition par Frère Pierre-Ami le Dim 14 Nov - 17:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ezabel
Princesse Impériale
Princesse Impériale
avatar

Age : 18 ans

Légitimiste Légitimiste

Caractéristiques : Exigeante, autoritaire et têtue, elle a le bouillonnement des jeunes gens. Son éducation privilégiée l'a enfermée dans une solitude dorée et ses dehors durs cachent une réelle timidité et une sincère volonté d'amour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Ven 12 Nov - 17:20

Post N°6


Ils s’étaient mis en route. Ils avaient quitté cette ruelle de sinistre mémoire, ayant tous en tête quelque chose qu’ils préféraient oublier de ce qu’ils y avaient vécu. En s’enfonçant une nouvelle fois dans la foule du marché, Ezabel ne ressentit pas l’impression de suffocation qui l’avait submergée la première fois. Cette fois, elle n’était plus seule, pauvre petite proie fragile et inconsciente et se sentait parfaitement sécurisée par son étrange escorte.

Gehanne marchait un pas devant, écartant naturellement par sa stature tous ceux qu’elle croisait. Quant au moine, il attirait les regards respectueux et parfois presque intimidés. La Princesse retrouvait une suite et avec elle, ses attitudes de grande dame. Elle en oubliait la discrétion de bon sens qu’elle avait adopté jusqu’alors et marchait, le menton droit et le port altier, avec le pas lent et appuyé qu’ont les nobles quand ils condescendent à visiter leur peuple.

En tournant la tête vers elle, Gehanne constata que la servante était redevenue princesse. Son sourcil s’en leva d’étonnement réprobateur. Ralentissant son pas, elle laissa la jeune femme revenir à sa hauteur et se pencha à son oreille.

- Tu ferais mieux de voûter le dos et d’avoir l’air fatigué qu’ont les gens qui travaillent. Pour l’instant, tu as exactement l’air de ce que tu es. Et si ma présence peut te protéger de quelques voyous, je ne pourrai rien faire si tu te fais repérer par les envoyés de l’Empereur…

Frissonnant après ce rappel menaçant, Ezabel ébouriffa un peu plus ses cheveux et tâcha de se tasser un peu sous sa robe trop grande.

- De quoi as-tu besoin ? demanda la guerrière cette fois-ci à haute voix.

- De tout ! De tout ce qui est nécessaire à un long voyage. Et à part de la nourriture et quelques couvertures, je… Je ne sais pas trop !

Gehanne eut un sourire attendri. Décidément, la fugue de la jeune fille apparaissait bien comme un coup de tête décidé à chaud. La pauvre enfant, encore une jeune pousse trop gâtée, n’avait manifestement pas été préparée à être autonome. Une bénédiction pour elle que la mercenaire se soit trouvée sur sa route. Et une bénédiction pour Gehanne qui venait de remplir son cœur trop vide de tendres sentiments, de désirs ardents.

- C’est une bonne base, mais il te faudra un peu plus que ça. Si ton voyage est prévu pour être long, procurons-nous déjà une mule…

Avec un sourire ironique, elle se tourna vers le moine.

- Même s’il semble que nous en ayons déjà une… Ensuite, nous commencerons à remplir son bât.
Revenir en haut Aller en bas
Frère Pierre-Ami
Célèbre
Célèbre
avatar

Age : 27 ans

Neutre Neutre

Clerc : Moine
Profession : Prêtre

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Tonsure blonde, généralement vêtu d'une bure monastique. S'appuie sur un bâton.

Têtu et doux fanatique.

Malgré sa confession gémellite, il trouve les rites, les longues prières et la hiérarchie stupides. Il est persuadé que battre les routes et faire le bonheur où qu'il aille est un meilleur moyen de servir son dieu que s'agenouiller devant lui plusieurs fois par jour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Ven 12 Nov - 19:06


Post N°4


Une mule, lui ?! Non, pas question. Porter quelques petites choses dans un balluchon, pourquoi pas, mais la mercenaire était bien mieux placée que lui pour trimballer de lourdes charges. Il décida de rire plutôt que de se fâcher, comme il l'aurait fait habituellement. Les évènements qu'il vivait n'étaient pas habituels.

- Euh, ma fille, je doute avoir la force et l'humilité nécessaire pour être réduit à l'état d'animal de trait. Même si, je dois l'admettre, ma détermination prête à merveille au jeu de mot. En revanche, je suis déjà venu plusieurs fois, ici, et je peux vous indiquer où nous pourrons trouver ce que nous cherchons, si cette demoiselle a ce qu'il faut pour payer.

Le moine, alors que la fausse-jeune-bourgeoise lui jetait un regard inquiet, lui fit un clin d'œil.

- Il doit y avoir un vendeur de bétail à une centaine de toises, sur notre gauche.

C'était étrange, mais Pierre-Ami se sentait revivre. Voilà deux ans qu'il n'avait pas eu de compagnie, et celle qu'il avait eu le reste du temps avait été celle des austères moines et des novices brutaux. Jamais il n'avait marché au côté de femmes. Téléphane le pardonnerait, il en était sûr. Après tout, il les suivait pour servir son Dieu, oui. Jamais il n'aurait été attiré par la chair de ces femelles, loin s'en fallait. Oh non, sûrement pas. Il ne le ferait pas. Il ne le devait pas. Il ne devait même pas y penser. Trop tard.

Les prières du repentir défilèrent machinalement dans sa tête, mais la conviction n'était pas là. La chair féminine était un mystère pour Pierre-Ami, devait le rester. Il se fit violence pour penser à autre chose.

Qui était donc cette jeune femme au port si peu plébéien ? Une fille de duc, de comte, de marquis ? Il ne tarderait probablement pas à le savoir, et il ignorait si, le moment venu, il devrait l'aider où la dénoncer, car elle avait fui, ou l'on l'avait envoyé faire quelque chose d'important, c'était certain. Et la première proposition était plus que probable, même si l'on ne savait jamais, avec ces nobles.

Il revint au monde extérieur. Il n'avait pas écouté, s'il s'était passé quelque chose. Ils étaient arrivés devant le marchand de bétail, et le moine se permit une précision bien inutile en soi, mais rappelant son existence.


- C'est ici !


Dernière édition par Frère Pierre-Ami le Dim 14 Nov - 17:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daneel
Conseiller des Joueurs
avatar

Neutre Neutre

Guerrier : Milicien
Profession : Mercenaire

Equipement Particulier : Olivier nain


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Dim 14 Nov - 11:52

Post N°16

Arrow Précédemment Arrow


Daneel et les deux frères étaient partis au pas de course. Alors qu’ils dévalaient l’escalier, les Brawen lui posèrent une question sur quelque chose qui les intriguait.

-Dis Daneel, c’est qui cette fille importante ?
-Oui, c’est qui ?

-Gardez ça pour vous les frangins, mais il s’agit de la princesse Ezabel, son père m’a chargé de la chaperonner pendant sa découverte du vaste monde.
-Wouah !!! La classe ça !
-La grande classe !
-C’est le genre de chose qui vaut bien que l’on offre un arbre ça !
-Même nain, ça les vaut !


Sans s’arrêter de courir, Daneel avait souri. Les Brawen… Ils ne leur étaient pas venu à l’esprit de remettre en doute son affirmation ni de signaler qu’il n’était pas forcément normal que des types comme eux bossent pour l’empereur. Ils trouvaient ça tout simplement chouette, et, c’est vrai que c’était chouette, surtout qu’il n’avait jamais eu d’arbre à lui.

Ils étaient à présent sur la place du marché, qu’ils traversèrent au pas de course en bousculant tous ceux qui ne s’écartaient pas assez vite. D’un seul coup, l’un des frères repéra les femmes et le trio orienta sa course dans leur direction. Pour ne pas les effrayer, ils ralentirent le rythme à proximité des deux femmes et d’un moine, et les Brawen se mirent un pas en retrait de Daneel. Ce dernier surgit devant Ezabel et, son olivier nain sous le bras, s’inclina très légèrement et improvisa une présentation.

-Bonjour Madame, je me présente, Daneel, aventurier.
-Et nous, nous sommes les frères Brawen !
-Bonjour Madame !

Enfin je vous retrouve. Figurez-vous que j’ai rencontré votre père il y a peu, et de confidences en confidences, il s’est épanché sur sa fille adorée, vous donc. Je l’entends encore : Daneel, qu’il me disait, je me fais vieux, je m’affaiblis, je vois moins de monde à mesure que les ans s’écoulent. Ma fille, ah ma fille, elle sera le bâton qui soutiendra mes vieux jours. Va, trouve là, prend soin d’elle pendant qu’elle découvrira le monde, écarquillera les yeux en parcourant les chemins que seuls connaissent les voyageurs invétérés, montre lui ces merveilles cachées dont on se souvient au soir de sa vie, puis ramène la moi, prête à reprendre l’entreprise familiale et à supporter son vieux père qui radotera de plus belle des histoires de sa jeunesse. Que l’oiseau qu’elle cache en elle prenne son essor loin de cette cité corrompue. Et en gage d’amitié, il m’a donné cet arbre, et comme je n’ai jamais pu résister à un arbre, j’ai dit banco, et me voilà !

Derrière, les deux frères faisaient… Ben avec les Brawen, ce n’était pas toujours facile de savoir ce qu’ils faisaient, mais leurs grands sourires de gosses ne faisaient aucun doute sur le fait qu’ils étaient vraiment ravis de l’avoir retrouvée.




Dernière édition par Daneel le Ven 8 Avr - 15:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gehanne de Mérieu
Réputé
Réputé
avatar

Age : 19 ans

Neutre Neutre

Guerrier : Milicien
Profession : Mercenaire

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Persuadée à tort ou à raison que Téléphane lui parle directement, elle est d'une foi inébranlable et pourtant une guerrière sans pitié. Ses élans la poussent à rechercher la compagnie amoureuse des femmes.

Equipement Particulier : Fouine apprivoisée


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Dim 14 Nov - 17:48

Post N°3


Le moine conduisait les jeunes femmes parmi la foule bigarrée, avec l’air de savoir exactement où il allait. Il avait assez bien pris la remarque de Gehanne et elle se réjouit de constater qu’il était capable d’humour.

Soudain, entre deux éventaires aux odeurs enivrantes, celui d’un marchand d’épices et un autre d’herbes aromatiques, trois hurluberlus surgirent devant eux. Par réflexe, la guerrière s’intercala entre les trois inconnus et sa chère Princesse dans un mouvement mécanique et non réfléchi de protection.

Celui qui menait le groupe se lança dans une longue tirade où il expliqua avoir rencontré le père d’Ezabel. Connaissant désormais l’identité de celle qu’elle convoitait, Gehanne fut perplexe. Elle considéra l’importun et sa dégaine ne lui inspirait pas confiance. Comment ce baroudeur au physique buriné pouvait-il être, comme il le prétendait, un proche de l’Empereur ? Cela n’était absolument pas crédible et pourtant, tout dans son discours, laissait entendre qu’il savait parfaitement à qui il avait à faire.

Ezabel écouta son laïus avec ce petit air pincé qu’elle affichait chaque fois qu’on s’adressait à elle avec familiarité. Une moue qui mêlait le dégoût au mépris. Puis, son visage se détendit en voyant l’arbre minuscule que portait celui qui prétendait s’appeler Daneel. Pour elle, c’était un gage, une assurance qu’il ne mentait pas.

Elle connaissait la passion de son père pour l’élevage de ces arbres nains et la patience infinie qu’il mettait à les soigner, les entretenir. Elle savait aussi qu’il préservait jalousement la tranquillité de sa serre privée et que nul ne pouvait y entrer sans que l’Empereur l’ait permis.

Cela lui suffit à faire sa conviction. Elle toucha le feuillage réduit, comme pour s’assurer de sa réalité et fit un sourire à Daneel.

- Mon père vous envoie, dites-vous ?

En constatant qu’Ezabel s’adoucissait, l’instinct de tigresse de Gehanne se réveilla. Elle se plaça ostensiblement entre Daneel et la Princesse, faisant écran de son corps pour empêcher un rapprochement qui faisait vriller en elle un vilain sentiment de jalousie.

- Elle n’a pas besoin de chaperon ! Retournez dire à son père qu’elle est entre de bonnes mains…

Son regard était celui d’une panthère prête à bondir sur sa proie. Elle avait un petit mouvement de tête comme ont les félins qui guettent le gibier avant de les égorger. L’égorger ? Pourquoi pas ?

Par un coup du sort, ou plutôt par la volonté de son Dieu, Gehanne venait de croiser un amour qu’elle n’espérait plus. Et il n’était pas question pour elle d’y renoncer, pas question de se priver de la présence douce et apaisante de cette jeune beauté qui faisait battre son cœur à chaque fois qu’elle jetait un œil sur elle. Il y a peu encore, elle ne la connaissait pas et pourtant, elle se sentait déjà incapable de se passer d’elle.

Pour lui enlever, il faudrait que les trois aventuriers soient plus forts qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Frère Pierre-Ami
Célèbre
Célèbre
avatar

Age : 27 ans

Neutre Neutre

Clerc : Moine
Profession : Prêtre

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Tonsure blonde, généralement vêtu d'une bure monastique. S'appuie sur un bâton.

Têtu et doux fanatique.

Malgré sa confession gémellite, il trouve les rites, les longues prières et la hiérarchie stupides. Il est persuadé que battre les routes et faire le bonheur où qu'il aille est un meilleur moyen de servir son dieu que s'agenouiller devant lui plusieurs fois par jour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Dim 14 Nov - 19:13


Post N°5


Alors qu'il finissait tout juste sa courte phrase, trois hommes pour le moins suspects déboulèrent depuis l'intérieur de la foule, et se plantèrent devant la jeune fausse-bourgeoise. L'un d'entre eux, sans aucun doute le meneur, s'avança, s'inclina légèrement et se présenta, lui ainsi que les raisons de sa venue. N'écoutant que d'une oreille ce qu'il raconta, Pierre-Ami détailla plutôt l'allure et la tenue de l'étranger.

Il avait le teint buriné des grands voyageurs, l'air malin des escrocs, et une assurance au bord de l'effronterie, voire carrément dedans. Cet homme avait l'habitude de parcourir les terres d'Ilmengard et de survivre à toutes situations, c'était évident. Pierre-Ami connaissait ce genre de personnes. Des baroudeurs qui se battaient pour vivre, se chargeaient des sales boulots et partaient ensuite vivre ailleurs, le temps que les autorités les oublient. Méprisable.

Mais l'étrange plante en pot que l'homme tenait sous le bras intrigua le moine. C'était un olivier, visiblement. Mais jamais le clerc n'en avait vu d'aussi réduits. Il avait entendu parler d'arts Barbares qui consistaient à tailler des arbres nains. Grâce à ce petit détail, que l'étranger mit d'ailleurs en avant, ce dernier gagna un peu d'estime de la part de Pierre. La prétendue Ezmaline toucha l'arbre comme s'il lui était familier. Son père était-il un noble Barbare immigré ? Elle avait pourtant l'air bien Ilmengardienne, mais son identité était pour le moins douteuse. Pierre-Ami espérait qu'elle était au moins fidèle à Téléphane.

L'étranger, un certain Daneel, avait fini sa tirade. Il était donc envoyé par le père de la jeune femme, afin de l'accompagner et de la former à la vie, d'après lui. Assez absurde, mais l'idée plaisait au moine. Qu'un père veuille que sa fille court les routes était déjà un fait étonnant. Et là, cette fille était de la haute noblesse, c'était certain. C'était à la limite de l'imaginable. S'il ne mentait pas, le vagabond était réellement quelqu'un d'étonnant. S'il mentait, quelqu'un d'imaginatif.

Alors que le religieux spéculait en silence, la femme en or se dressa de toute sa hauteur, qui dépassait légèrement celle du voyageur. L'affaire tournait vite au vinaigre, et les paroles de la prétendue fidèle de Téléphane, Gehanne, comme elle s'était présentée à Ezmaline, tout à l'heure, ne firent que confirmer la tension qui l'habitait. Intéressé, Pierre-Ami attendit la réaction du dit Daneel avant de s'imposer lui-même dans le conflit naissant.


Dernière édition par Frère Pierre-Ami le Lun 15 Nov - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daneel
Conseiller des Joueurs
avatar

Neutre Neutre

Guerrier : Milicien
Profession : Mercenaire

Equipement Particulier : Olivier nain


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Dim 14 Nov - 20:27

Post N°17


Le petit discours de Daneel avait fait mouche, la princesse était convaincue et le message de l’empereur était passé. Le plus dur était-il fait ? Pas certain, la guerrière voulant à priori garder la main sur la jeune femme. Qu’était-elle pour la princesse ? Amie ou ennemie cherchant à l’utiliser ?
Le premier réflexe de Daneel fut de faire un geste d’apaisement en direction des Brawen, parce que les Brawen, au premier soupçon de menace éventuelle, ils cognaient, et là, y’avait plus qu’un soupçon.
La guerrière étant sans doute un ennemi dangereux, mais probablement habituée aux grands espaces afin de manier ses armes. Si les trois compères la coinçaient contre l’un des étals proches en la gardant au corps à corps dans un pugilat, ils auraient certainement l’avantage. Sauf que Daneel n’avait pas envie de se battre avec la jeune femme (oui, sous ses airs durs, Daneel se rendit compte qu’elle ne devait pas être beaucoup plus vieille qu’Ezabel, si jamais elle l’était), ni ne voulait abandonner la mission qu’il lui avait été confiée.


Paix Dame d’acier. Croyez vous que ça arrangerait votre jeune protégée que nous nous battions ici ? C’est la place du marché, le meilleur moyen de finir en prison.
A part lui, Daneel se fit la réflexion qu’Ezabel n’avait pas du tout envie de savoir où on atterrissait en s’évadant de la prison.

Je ne suis pas une menace, et elle le sait. Cette personne a été couvée tout sa vie, on a choisi pour elle depuis sa naissance. Pourtant, un jour, elle devra faire ses propres choix ou être manipulée. Son père le sait, et je pense que vous le savez aussi, alors, pourquoi ne pas la laisser choisir ?
Je ne lui demande pas de choisir entre vous et moi, je sais quelle valeur peuvent avoir les rencontres au coin d’une rue quand une lame inconnue devient une lame amie, mais je peux vous être utile, et je me suis engagé auprès de son père, non à choisir pour elle son chemin, mais à l’accompagner sur les chemins qu’elle choisira d’emprunter jusqu’à ce qu’elle soit prête à prendre le plus difficile, celui du retour à la maison.
Un dernier élément, la ville est bouclée et les patrouilles ne vont pas tarder. Si je puis me permettre une dernière suggestion, se serait de quitter la ville cette nuit et de reprendre cette agréable conversation demain. Mes amis et moi ne sommes peut être pas les plus recommandables des hommes, mais la basse ville, on connait, on connait bien même.



Dernière édition par Daneel le Ven 8 Avr - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gehanne de Mérieu
Réputé
Réputé
avatar

Age : 19 ans

Neutre Neutre

Guerrier : Milicien
Profession : Mercenaire

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Persuadée à tort ou à raison que Téléphane lui parle directement, elle est d'une foi inébranlable et pourtant une guerrière sans pitié. Ses élans la poussent à rechercher la compagnie amoureuse des femmes.

Equipement Particulier : Fouine apprivoisée


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Mar 16 Nov - 23:22

Post N°4


Les muscles de Gehanne se relâchaient. Au fur et à mesure de la plaidoirie de Daneel, elle sentait les terminaisons nerveuses de ses membres s’apaiser une à une. La féline était loin de se faire ronronnante, mais les arguments du baroudeur faisaient mouche.

Dans le casernement où elle avait été formée au métier des armes, elle avait eu maintes occasions de juger les hommes. Et la sincérité de celui-ci ne semblait pas devoir être remise en question. Elle fut sensible surtout à sa volonté avouée de laisser à Ezabel son libre arbitre. Sa jalousie retomba quelque peu quand il affirma qu’elle n’aurait pas à choisir.

Soit ! Il ne désirait pas lui prendre, pas l’écarter de la délicieuse proximité qu’elle avait déjà réussi à établir. Après tout, si elle était du voyage, si on acceptait de la garder près du parfum enivrant de la Princesse, elle pouvait accepter la compagnie de quelques coureurs des quartiers sombres.

Sa crainte première avait été de voir s’envoler l’oisillon qu’elle avait recueilli, de le voir quitter le doux cocon de protection dont elle voulait l’envelopper pour rejoindre la cage aux barreaux dorés qui lui servait de nid… Les propos de Daneel ne laissaient aucun doute : l’Empereur ne souhaitait pas son retour, bien au contraire.

Son autre angoisse, celle-là, ne serait jamais apaisée. Elle en était la victime depuis toujours car la nature de ses amours particulières n’étaient que rarement partagée. Le cœur d’Ezabel pencherait-il vers le sien ou, comme la majorité de ses congénères, ses entrailles n’étaient-elles capables de vibrer que pour un représentant du sexe opposé ?

Il fallait chasser ces pensées, se raisonner, laisser son esprit prendre le pas sur son cœur. Daneel ne serait pas un danger en lui-même, il serait un danger parce qu’il était un homme. Ce serait à elle, de toute son âme, d’essayer d’attirer la jeune femme dans les filets des amours interdites… Pour l’instant, il fallait parer au plus pressé et mettre Ezabel à l’abri était assurément l’urgence.

Habituée à jauger le danger et à analyser une situation périlleuse, elle prit le soin d’adresser un large sourire à Daneel et surtout à ces deux gardes du corps dont elle sentait bien que les réactions pouvaient être vives. Elle manifestait ainsi son désir de pacification de l’entrevue pour avoir la certitude que le geste qu’elle allait commettre ne serait pas mal interprété et que les gaillards ne lui tomberaient pas dessus au premier contact.

Posant amicalement sa main sur l’avant-bras de l’aventurier, elle appuya son mouvement d’une courte phrase destinée à clarifier encore une fois ses intentions cordiales :

- Deux mots ? Est-ce possible ?

Les regards torves des deux lascars n’inspiraient plus de crainte à la guerrière. Elle ne savait pas ce qu’ils étaient capables de comprendre mais ils semblaient en tout cas ne pas l’envisager comme un danger pour leur chef.

Entraînant l’homme quelques pas à l’écart, elle lui confia à voix basse :

- Je suis en ce moment l’une des épées du Marquis de Suss-Mayern… Qui vient de m’envoyer un message m’enjoignant de retrouver la Princesse et de lui ramener. Il ne pouvait pas soupçonner que je l’avais déjà trouvée mais cela confirme ma conviction que Téléphane ne m’a pas mise par hasard sur son chemin. Je n’ai pas l’habitude de désobéir à ceux qui me payent mais… Le Marquis est un être abject. Je n’ai aucune idée du plan qu’il conçoit mais lui remettre Ezabel est la dernière chose que je souhaite. Il me parait donc urgent d’accepter votre proposition de filer discrètement. Mais je tiens à vous préciser qu’en trahissant ses ordres, je m’en fais un ennemi mortel. Et si vous êtes à mes côtés, il considèrera que vous êtes contre lui. Vous aurez un adversaire puissant, vindicatif et tenace. Même l’Empereur ne vous sera d’aucune aide s’il souhaite obtenir votre peau. Faites-moi confiance, il est bien renseigné, il sera au courant de votre aide.

Gehanne le regarda au fond des yeux pour tenter de discerner le fond de sa pensée. En vain !
Revenir en haut Aller en bas
Daneel
Conseiller des Joueurs
avatar

Neutre Neutre

Guerrier : Milicien
Profession : Mercenaire

Equipement Particulier : Olivier nain


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Mer 17 Nov - 23:26

Post N°18


Gehanne ne distinguait rien dans les yeux de Daneel qui absorbait les informations qu’elle lui débitait. Puis, son regard se mit à pétiller et un petit sourire naquit sur ses lèvres.

Cela rajoutera un peu de piment à mon existence. Mais à l’occasion, vous m’en direz plus sur le bonhomme, je n’ai absolument aucune idée de qui il s’agit.

Posant à son tour amicalement la main sur le biceps de la guerrière, il ajouta dans un chuchotement :

Allons-y de ce pas, il faudra que nous discutions plus longuement et partagions nos informations afin de collaborer le plus efficacement possible, mais là, le temps presse.

La franchise de la jeune femme avait plu à Daneel qui lui accordait à présent sa confiance. Elle voulait le bien d’Ezabel. Pour quelle raison ? Peu importait au fond. Une collaboration franche serait efficace et sans doute indispensable s’ils voulaient s’en tirer sans trop de casse.
Il conclut son chuchotement par un signe de tête essayant par là même de transmettre un message informel, quelque chose qui n'était pas réellement définissable avec des mots mais qui aurait voulu dire, bienvenue dans l’équipe, une forme de respect.

Ils revinrent vers les autres. Il regarda la princesse. Il faudrait qu’il se renseigne discrètement sur le nom d’emprunt qu’elle s’était choisie. Il lui fit un petit signe de tête encourageant, puis un clin d’œil malicieux, pour dédramatiser un peu la situation.
Puis, il se tourna vers ses associés, les incomparables frères Brawen.


Mes amis, là, j’ai besoin de vous. Il nous faut un endroit tranquille vers le fleuve où on ne viendra pas nous chercher pour attendre la nuit, puis un moyen de quitter cette ville avant le lever du soleil. C’est dans vos cordes tout ça ?

Les frères Brawen réfléchirent. Ce n’était pas souvent que leur pote Daneel leur demandait quelque chose d’aussi important, il fallait assurer. Et puis, il y avait la princesse, il en allait donc également de l’honneur du nom des Brawen. Ils se consultèrent du regard... et retournèrent un franc sourire à Daneel.

- On connait le coin parfait !
- Jamais on viendra nous chercher là bas et on pourra y trouver des gens pour nous aider.
- Tu verras, c’est un endroit sympa, convivial et nous y avons une bonne réputation.
- Et la bière est bonne !
- Oui, une mousse onctueuse qui va nous aider à passer le temps.
- Suivez nous, on vous guide !


_______________________


Dernière édition par Daneel le Ven 8 Avr - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Frère Pierre-Ami
Célèbre
Célèbre
avatar

Age : 27 ans

Neutre Neutre

Clerc : Moine
Profession : Prêtre

Confession : Gémellite

Caractéristiques : Tonsure blonde, généralement vêtu d'une bure monastique. S'appuie sur un bâton.

Têtu et doux fanatique.

Malgré sa confession gémellite, il trouve les rites, les longues prières et la hiérarchie stupides. Il est persuadé que battre les routes et faire le bonheur où qu'il aille est un meilleur moyen de servir son dieu que s'agenouiller devant lui plusieurs fois par jour.


MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   Jeu 18 Nov - 20:20

Post N°6


Que se passait-il donc ? Pierre-Ami avait l'impression d'être le seul à ne pas être au courant de certaines choses qui ne manquaient pas d'importance, mais il avait maintenant une certitude : étant donné l'empressement de ses compagnons de fortune à vouloir masquer la véritable identité d'Ezmaline et l'emmener en lieu sûr, cette jeune fille n'était pas n'importe qui, et elle ne tarderait pas à avoir des gens malintentionnés à ses trousses. Attendri malgré lui par cette frêle créature qui ne savait pas se mêler à la faune urbaine, le moine eut un petit sourire discret.

Les deux gaillards patibulaires, évoquant des bœufs à Pierre-Ami, qui ne les avait jusque là pas trop remarqués, furent apparemment enjoués de la mission que leur confia Daneel, à savoir les mener à un lieu pas trop fréquenté par la haute. Bizarre. Ces drôles de types étaient des gosses dans des corps imposants. Mais avaient une lueur porcine dans le regard qui laissait penser qu'ils n'étaient pas si stupide, ni si innocents qu'ils le paraissaient. Il fallait s'en méfier. Alors qu'ils allaient partir et entraîner les autres à leur suite, le clerc posa une petite question, à la cantonade.


- Et alors, on ne prend pas de mule ?

Question inutile, puisque les Brawen étaient déjà partis, suivis de Gehanne, Ezmaline et Daneel. Pierre-Ami dut se mettre à courir pour ne pas les perdre de vue. Il se doutait bien que le semer les arrangerait plus qu'autre chose, mais il n'était pas disposé à lâcher le morceau. Téléphane ne l'avait pas fait curieux et pieux pour rien. Ils allaient forcément avoir besoin d'un homme de foi, tôt ou tard. Tout le monde en avait besoin.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête de la Noce] 7 - La Fuite (Deuxième partie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ilmengard :: La Capitale Blanche :: La Cité :: Le Marché Central-
Sauter vers: